Burkina Faso: soulagement des proches de Djibril Bassolé après son arrivée à Paris

L’hôpital Foch à Suresnes où est désormais hospitalisé Djibril Bassolé.
L’hôpital Foch à Suresnes où est désormais hospitalisé Djibril Bassolé. Wikimedia/Celette

Djibril Bassolé a atterri à Paris ce mercredi matin à l’aube. L’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères est atteint d’un cancer. Malgré sa condamnation à dix ans de prison ferme, il a reçu l’autorisation de venir se faire soigner en France. Son entourage se félicite de son arrivée à Paris.

Un même mot revient en boucle ce matin chez les proches de Djibril Bassolé : « soulagement ». « C’est un soulagement, franchement un soulagement pour nous et pour toute la famille, tous ses amis, vraiment un soulagement. Et nous prions que bon dieu tende sa main de guérison sur lui pour qu’il puisse avoir des soins adéquats et qu’il puisse nous revenir bien portant », explique son cousin, Nicodème Bassolé.

Soulagement également du côté de ses avocats. Ils n’avaient cessé d’alerter, ces derniers mois, sur la dégradation de son état de santé. À 62 ans, Djibril Bassolé est de plus en plus affaibli par un cancer du péritoine. Ces derniers jours, tout s’est finalement accéléré. En accord avec les autorités politiques, le procureur militaire a donné son feu vert à son évacuation en échange d’une caution de 30 millions de francs CFA soit près de 46 000 euros.

Hospitalisation en région parisienne

Un parcours du combattant pour maître William Bourdon, l’un de ses avocats : « Tout cela a été compliqué. Il a fallu depuis de très nombreux mois beaucoup de démarches. En dernier lieu, un courrier que j’ai adressé au président de la République, monsieur Emmanuel Macron, avant le sommet de Pau, démarche que j’avais voulue discrète. Il y a eu un alignement des planètes, la France a fait un geste humanitaire que je veux saluer parce que je comprends que tout cela n’a pas été de soi. Évidemment, j’aurais préféré, comme sa famille, que ce rapatriement se fasse plus tôt compte tenu de l’accélération de l’aggravation de son état de santé ces derniers mois. Mais le geste est fait et il va être soigné. »

L’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères a dès ce mercredi matin rejoint une structure spécialisée dans le traitement du cancer : l’hôpital Foch, situé à Suresnes en banlieue parisienne. C’est donc là qu’il va être pris en charge. Il y est entouré de son épouse et d’une partie de sa famille qui réside en France. Djibril Bassolé avait déjà été évacué vers la Tunisie en mars dernier pour des raisons médicales, avant de regagner le Burkina Faso deux mois plus tard.