Covid-19 dans le monde : le Japon accélère la vaccination avant les Jeux olympiques, l’Inde submergée par les morts

L’Inde a dépassé les 300 000 morts, bilan sans doute largement sous-évalué. Le Japon tente d’accélérer sa campagne vaccinale, dont la lenteur est très critiquée à moins de deux mois des JO de Tokyo.

La pandémie de Covid-19 a fait près de 3,5 millions de morts dans le monde depuis la fin de décembre 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, dimanche 23 mai.

Ce chiffre, qui repose sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, est globalement sous-évalué. Il exclue les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques. En prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le bilan réel de la pandémie est « deux à trois fois plus élevé ».

L’Inde, l’un des pays les plus endeuillés au monde

L’Inde a dépassé les 300 000 morts dus au Covid-19, devenant le troisième pays au monde à atteindre ce chiffre, derrière les Etats-Unis et le Brésil, alors que la pandémie continue de faire rage dans ce vaste pays de 1,3 milliard d’habitants.

Selon le ministère de la santé, le nombre total de morts s’élève à 303 720, dont 50 000 en un peu moins de deux semaines, et le nombre cumulé de contaminations a dépassé les 26,7 millions. Depuis quelques semaines, le pays enregistre régulièrement un nombre quotidien toujours plus élevé de contaminations et de morts.

Nombre d’experts estiment que les chiffres réels sont sans doute largement sous-évalués, d’autant que l’épidémie s’est propagée au-delà des grandes villes, dans les zones rurales, où les hôpitaux sont rares et où les registres sont mal tenus. Dans l’ensemble de la vaste nation, la vague dévastatrice du Covid-19 a submergé les hôpitaux, entraîné une pénurie d’oxygène et de médicaments essentiels. Les crématoriums et les cimetières ont également été débordés.

Union européenne : la liste des pays sans restriction d’entrée

Les Etats-membres de l’UE doivent établir d’ici au 9 juin la liste des pays extra-européens dont les ressortissants pourront entrer librement dans l’espace européen, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française. Cette catégorie « vert » permettra de venir en Europe « sans aucune difficulté, sauf des contrôles sanitaires minim[aux] », a-t-il dit.

S’y ajoutent une « liste orange », qui recensera les pays dont les ressortissants devront avoir reçu un « vaccin reconnu » par l’UE, et une « liste rouge », aux « contraintes extrêmement fermes » en raison de la circulation des variants du Covid-19, a ajouté le ministre des affaires étrangères. Cette dernière liste inclut actuellement le Brésil, l’Argentine et l’Inde.

Premiers vaccinodromes au Japon, inquiétude quant aux JO

Le Japon a ouvert lundi ses premiers centres de vaccination de masse, afin d’accélérer sa campagne vaccinale, dont la lenteur est très critiquée à moins de deux mois désormais des JO de Tokyo (23 juillet-8 août).

Les deux centres mis en place à Tokyo et Osaka (ouest), gérés par les Forces d’autodéfense nippones, seront chargés d’administrer quotidiennement des milliers de doses de vaccins à des personnes âgées de 65 ans et plus. Tout juste 2 % des quelque 125 millions d’habitants de l’Archipel ont pour l’heure reçu les deux doses de vaccin, contre 40 % aux Etats-Unis ou 15 % en France.

Les critiques sont de plus en plus fortes face à cette lenteur, expliquée en partie par des règles médicales strictes et des lourdeurs bureaucratiques, alors qu’une partie du pays se trouve en état d’urgence face à une quatrième vague du Covid-19.

Quelque 10 000 doses doivent être administrées quotidiennement au vaccinodrome de Tokyo, et 5 000 à Osaka, les deux centres utilisant le vaccin de Moderna, autorisé depuis vendredi par le gouvernement nippon. Celui d’AstraZeneca, également approuvé vendredi, ne sera toutefois pas employé immédiatement, en raison de cas rares mais graves de thromboses (caillots sanguins) constatés dans d’autres pays.

Le Japon a commencé à administrer en février le vaccin de Pfizer-BioNTech à son personnel médical puis aux personnes de 65 ans et plus, que le gouvernement espère finir de vacciner d’ici à la fin juillet.

La perspective des JO de Tokyo n’a pas influencé le programme de vaccination, a cependant affirmé le gouvernement nippon. Relativement épargné par la pandémie, comparativement à d’autres pays, avec quelque 12 000 décès officiellement recensés depuis le début de 2020, le Japon subit cependant une recrudescence de cas de Covid-19, mettant son système médical sous pression.

La population est vivement opposée à la tenue des Jeux, mais les organisateurs ne cessent de répéter que des mesures antivirus très strictes et l’interdiction de spectateurs venus de l’étranger permettront de les organiser « en toute sécurité ».

Afp