SUNU AFRIK RADIO

France: l’exécutif annonce un léger durcissement des mesures de confinement

Spread the love

Publié le :

Le Premier ministre français Edouard Philippe dévoile les détails d'un plan de réforme des retraites à Paris, France le 11 décembre 2019.
Le Premier ministre français Edouard Philippe dévoile les détails d’un plan de réforme des retraites à Paris, France le 11 décembre 2019. Thomas Samson/Pool via REUTERS

Alors que le Covid-19 continue de se propager dans le monde, en France, 860 personnes sont déjà mortes des suites de l’épidémie, soit 186 de plus sur les dernières 24 heures. Ce lundi 23 mars, 2 082 patients étaient en réanimation. Interviewé ce soir, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé de nouvelles restrictions pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, alors que le pays est en confinement depuis le 17 mars.

Après presque une semaine de confinement qui n’a pas été partout respecté, l’émergence de critiques sur les décisions gouvernementales et alors que des mesures plus radicales étaient attendues par le personnel de santé qui a saisi le conseil d’État pour réclamer un confinement total, l’exécutif s’est employé à rassurer et à montrer que la gestion de l’épidémie était sous contrôle.

D’abord sur le terrain dans la journée, lorsqu’Emmanuel Macron a rendu visite à un centre d’hébergement social où sont accueillis les sans domicile fixe. Puis ce soir, lorsqu’Édouard Philippe a confirmé que la période de confinement allait durer plusieurs semaines supplémentaires et que les autorisations de sortie allaient être plus strictement encadrées. Tout en rajoutant que les marchés seraient désormais fermés sauf exception.

« Nos concitoyens sont frappés de voir des gens qui sortent en masse sur un marché, sans respecter les consignes de sécurité qui doivent être préservées, a-t-il déclaré. C’est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de fermer les marchés ouverts ».

Le Premier ministre a tout de même précisé qu’il serait permis aux préfets, sur avis des maires, de déroger à cette interdiction. « Car nous savons que dans certains villages, le marché est parfois le meilleur et le seul moyen pour que les personnes qui y vivent puissent avoir accès à des produits frais, a-t-il poursuivi. Il faut aussi penser aux agriculteurs, qui nourrissent la France et qui doivent pouvoir écouler leurs productions dans de bonnes conditions ».

Limiter les sorties

Édouard Philippe, qui signera un décret applicable dès mardi, a également précisé les mesures de confinement en place depuis le 17 mars en France, en particulier sur les autorisations de sortie pour faire de l’exercice physique, qui étaient devenues ces derniers jours une raison de sortie largement utilisée dans les grandes villes. Si les Français peuvent « sortir pour promener leurs enfants ou faire du sport », il faudra que ce soit « dans un rayon de 1 kilomètre » de son domicile, « une heure maximum et tout seul une fois par jour », a-t-il détaillé.

« Nous ne sommes pas dans une logique de confinement général et absolu », a expliqué Édouard Philippe, en réponse à une question sur l’éventuelle instauration d’un couvre-feu général. « Beaucoup de nos concitoyens aimeraient retrouver le temps d’avant, le temps normal, mais il n’est pas pour demain », a-t-il ajouté, en déclarant que le confinement pouvait durer « encore quelques semaines », un message que fait passer le gouvernement depuis quelques jours pour préparer l’opinion à une prolongation des mesures au delà de la fin du mois initialement prévue.

Les sanctions seront par ailleurs durcies. À l’heure actuelle, les contrevenants aux règles du confinement encourent une amende de 135 euros. Celle-ci pourra « être majorée » à 375 euros et à 1 500 euros en cas de récidive, a déclaré le Premier ministre. « Il ne faut pas plaisanter avec ces règles de sécurité », a-t-il martelé.

L’utilisation de la choloroquine déconseillée, sauf cas graves

Cet antipaludique est déjà utilisé comme traitements dans certains hôpitaux français. Le Haut conseil de santé publique a rendu son avis ce soir sur la question. Il déconseille l’utilisation de la chloroquine sauf pour les formes graves de coronavirus, a précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Le Haut conseil recommande de ne pas utiliser ce traitement en l’absence de recommandations, à l’exception de formes graves, hospitalières, sur décisions collégiale des médecins et sous surveillance médicale stricte, a-t-il déclaré. Le Haut conseil exclut toute prescription dans la population générale pour des formes non-sévères à ce stade, en l’absence de toute données probantes ».

Olivier Véran a précisé qu’il prendrait un arrêté dans les prochaines heures pour encadrer l’utilisation, en dehors des autorisations classiques de commercialisations des médicaments pour la chloroquine. « La chloroquine sera désormais accessible aux équipes médicales hospitalières qui le souhaitent, dans les conditions prévues, pour des patients aux formes sévères », a-t-il précisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :