« Guy Marius Sagna a décidé, lui-même, de rester nu. »

Dans un communiqué de presse, Frapp France Dégage a annoncé que leur Guy Marius Sagna a entamé une grève de la faim « suite à sa mise en isolement, tout nu, pour avoir relevé la situation dégradante à la chambre 1 de la prison où sont entassés 150 prisonniers ».

Le Frapp dénonce énergiquement « cette torture, ce traitement dégradant et inhumain infligé à Guy Marius Sagna, prend à témoin les organisations de défense des droits de l’homme, les organismes de lutte contre la torture, la société civile, l’opinion nationale et internationale, et tient Macky Sall, Malick Sall, le doyen des juges Samba Sall et Bassirou Gueye pour responsables de tout ce qui lui arrivera. Guy Marius Sagna a été évacué ce matin à l’infirmerie de la prison ». Cependant, la directrice de la maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel, Khadidiatou Ndiouck Faye a expliqué les raisons pour lesquelles il a amené Guy Marius Sagna en cellule punitive. Selon elle, quand il est arrivé, il a refusé d’être identifié, il n’a pas répondu au questionnaire de renseignement.

Tout comme il n’a pas accepté d’être fouillé. « Nous l’avons tout de même fouillé parce que ce sont les textes qui disent que tout détenu, à l’entrée comme à la sortie, doit faire l’objet de fouille et c’est par mesure de sécurité », a expliqué Khadidiatou Ndiouck Faye, ajoutant que Guy Marius Sagna a traité ses hommes de manipulés, de traîtres mais ces derniers l’ont ignoré. « Il nous a traités de voleurs et de bande de vauriens. J’ai alors demandé à mes hommes de l’amener aux mitards. Ce sont des cellules punitives. Là-bas, la règle est que le détenu se suicide, on ne le laisse qu’avec sa culotte ou son pantalon. Mais, il a enlevé sa culotte disant qu’on lui a ôté sa dignité en le mettant dans cette cellule. Il a même refusé que le major le consulte pour voir si son état lui permet ou non d’aller là-bas. Il a décidé, lui-même, de rester nu. »

Emedia