Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie

Publié le : 26/05/2020 – 20:26

Rashad, bénévole de l'association caritative Hunger has no religion demande aux enfants de faire la queue pour maintenir une distance sociale à Johannesburg, le 25 mai 2020, lors d'un repas de l'Aïd al-Fitr à Westbury et Coronationville.
Rashad, bénévole de l’association caritative Hunger has no religion demande aux enfants de faire la queue pour maintenir une distance sociale à Johannesburg, le 25 mai 2020, lors d’un repas de l’Aïd al-Fitr à Westbury et Coronationville.  MARCO LONGARI / AFP

Texte par :RFISuivre

L’Afrique comptait ce mardi 26 mai 115 616 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 3 479 personnes sur le continent, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. Les pays les plus touchés par l’épidémie sont l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Algérie et le Nigeria.PUBLICITÉ

  • Pour l’Algérie, pas question de renoncer à la chloroquine

Les autorités sanitaires algériennes ne comptent pas renoncer à la chloroquine dans les traitements contre le coronavirus, malgré la décision de l’OMS de suspendre « temporairement » les essais cliniques sur le médicament, par mesure de précaution. « Nous avons traité des milliers de cas avec ce médicament avec beaucoup de succès à ce jour. Et nous n’avons pas noté de réactions indésirables », a déclaré à l’AFP le docteur Mohamed Bekkat, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de Covid-19 en Algérie. Depuis deux mois, les autorités algériennes ont décidé de soigner plusieurs milliers de personnes atteintes du coronavirus avec un traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, un antibiotique.

  • L’OMS craint une « épidémie silencieuse » en Afrique

L’envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la Santé sur le Covid-19, Samba Sow, se dit inquiet du manque de tests sur le continent africain. « Mon premier point pour l’Afrique, ma première préoccupation, c’est que le manque de tests conduit à une épidémie silencieuse en Afrique. Nous devons donc continuer à pousser les dirigeants à donner la priorité aux tests », a déclaré le responsable lors d’une conférence de presse.

  • Premier mort du coronavirus au Mozambique

Le Mozambique a enregistré lundi soir son premier mort du Covid-19. Selon les autorités sanitaires, il s’agit d’un jeune garçon âgé de 13 ans vivant dans le nord du pays. Au total, 209 cas ont été recensés depuis le début de la pandémie. Le gouvernement a annoncé qu’il allait lancer une campagne massive de dépistage pour tous les 5 000 membres du personnel soignant travaillant dans la province de Cabo Delgado, celle qui enregistre le plus de cas de coronavirus. Dans le même temps, une ligne gratuite a été ouverte pour renseigner sur la maladie, afin de diminuer le nombre de personnes se rendant physiquement dans les hôpitaux.

  • En Ouganda, l’assouplissement des restrictions commence aujourd’hui

C’est ce mardi que commence l’allègement des restrictions dans 95 des 135 districts en Ouganda. Les voitures privées peuvent désormais repr ndre la route. Les commerces et restaurants sont également autorisés à rouvrir. Mais toute la population devra porter un masque dans l’espace public. Pour donner le temps à tout le monde de s’en procurer un, le président Yoweri Museveni avait reporté d’une semaine cet assouplissement. Les boîtes de nuit et les salles de sport restent pour l’instant fermées. Le transport public doit reprendre à partir du 4 juin. Mais Don Wanyama, attaché de presse du chef d’Etat, met en garde les Ougandais contre tout relâchement dans un message publié sur Twitter : « Alors que vous êtes sur le point de profiter de ces nouvelles libertés demain (ce mardi), notez que dix nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés lundi, écrit-il sur le réseau social. Neuf d’entre eux ont été testés lors des contrôles aux frontières, le dixième était un contact de chauffeur routier. Le bilan dans le pays est porté à 222 cas. S’il vous plaît, respectez la distanciation sociale, et portez un masque. »Don Wanyama@nyamadon

As you prepare to enjoy « freedom » tomorrow, be notified that 10 new #covid19 cases have been confirmed today. Nine of these at the border points, the 10th a contact to a truck driver. Country’s total now at 222. Please keep social distance and wear a mask as you go out.904Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité284 personnes parlent à ce sujet

  • Mort d’un ministre du Puntland, région semi-autonome en Somalie

Ismael Diriye Gama’diid, le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et du Changement climatique du Puntland, région semi-autonome de Somalie, est mort ce lundi des suites du Covid-19. Il avait été transféré dans un hôpital de la capitale somalienne Mogadiscio pour des soins liés à la maladie. Son décès a été annoncé par le président du Puntland, Said Abdullahi Deni.President Said Abdullahi Deni@SaidAbdullahiDe

« Verily we belong to God, and verily to Him do we return. » 2:156 of the Qur’an.

It is with great sadness that we mourn the passing of Minister Ismail Diriye Gama’diid, #Puntland Ministry of Environment, Agriculture and Climate Change, who passed away today due to #COVID19. May..

Voir l'image sur Twitter

57Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité34 personnes parlent à ce sujet

Le président malgache, Andry Rajoelina, a effectué aujourd’hui un déplacement à Tamatave, la deuxième ville du pays. Il a rencontré le personnel soignant de la cité portuaire, qui fait face actuellement à un foyer de contamination du Covid-19. Sur les 542 personnes contaminées de l’île, plus du tiers se trouvent dans cette ville. Les deux décès officiels que comptent le pays ont aussi été enregistrés à Tamatave. Le personnel hospitalier avait lancé un cri d’alerte depuis plusieurs semaines concernant l’absence de protections, de masques, de surblouses, dont il était victime alors que les cas ne cessent d’augmenter dans la ville. Le chef de l’Etat a annoncé ce matin la distribution d’équipements de protections individuelles pouvant répondre aux besoins pendant un mois et demi, la livraison de cinq ambulances, et l’arrivée d’une chambre de désinfection mobile d’ici deux semaines. Le président a également annoncé le lancement dès aujourd’hui à Tamatave d’un essai clinique sur son remède, le Covid-Organics, sous forme d’injection.Andry Rajoelina@SE_Rajoelina

#Toamasina n’est pas seule dans ce combat ! Nous renforcerons mesures & équipements.
Merci à l’équipe de 29 soignants & aides-soignants volontaires qui m’accompagne. Bientôt, une chambre de désinfection sera installée pour leur protection. Ensemble, nous vaincrons le #Covid19.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

441Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité100 personnes parlent à ce sujet

  • Les autorités égyptiennes ouvrent une enquête sur la mort d’un médecin

Le ministre de la Santé égyptien lance une enquête sur la mort d’un médecin atteint du coronavirus. Le Dr Walid Yahya, âgé de 32 ans, est décédé ce samedi, sans avoir pu obtenir un lit dans un hôpital destiné aux personnes en quarantaine, tous étant arrivés à saturation depuis le début du mois. Hier, le principal syndicat de médecins en Egypte a publié un communiqué accusant le ministère de la Santé de négligence et le tenant responsable des nombreux cas de Covid-19 au sein du personnel soignant : au total, 350 médecins ont été testés positifs et 19 sont morts depuis le début de la pandémie dans le pays.

  • Au Zimbabwe, plus de 40 000 personnes arrêtées pour avoir enfreint le confinement

Depuis le 30 mars et le début du confinement au Zimbabwe, plus de 40 000 personnes ont été arrêtées par la police pour avoir enfreint les différentes mesures de restrictions. La plupart d’entre elles ont dépassé la limite de mouvement de 5 km autour du domicile. D’autres n’ont pas respecté le port du masque obligatoire, ou ont gardé leur commerce ouvert malgré les interdictions. Les chiffres officiels sur l’évolution de la pandémie dans le pays restent relativement bas : les autorités enregistrent 56 cas confirmés et quatre décès.

  • Des enseignants sud-africains redoutent la reprise prochaine des cours

En Afrique du Sud, plusieurs syndicats d’enseignants menacent de saisir la justice pour empêcher la réouverture des établissements scolaires. Dimanche, le gouvernement a annoncé l’ouverture progressive des écoles primaires et des universités (avec seulement un tiers des étudiants) à partir de lundi prochain, le 1er juin. Une décision qui suscite de nombreuses inquiétudes, d’autant plus que le pays n’a toujours pas atteint le pic de l’épidémie selon les médecins et scientifiques du pays.

Les autorités promettent de fournir du matériel de protection pour les enseignants, notamment des masques et du gel hydroalcoolique. Des déclarations que met en doute Siphiwe Mpungose, secrétaire général de l’Union des éducateurs d’Afrique du Sud : « C’est ce même gouvernement qui échoue depuis des années à nous livrer à temps des manuels scolaires, et ils disent que d’ici vendredi nous aurons des masques, je ne leur fais pas confiance. Ils veulent nous mettre en danger, tout cela parce qu’ils sont sous pression et veulent relancer l’économie. » regrette le syndicaliste. D’autres dénoncent la précipitation du gouvernement. Selon Cynthia Barnes, du syndicat national des enseignants, les écoles n’ont pas encore été nettoyées et certaines ont été cambriolés. La police fait effectivement état de 1 500 établissements vandalisés durant le confinement.

  •  Salva Kiir dément des rumeurs sur sa santé

Au Soudan du Sud, Salva Kiir coupe court aux rumeurs circulant notamment sur les réseaux sociaux le disant atteint du Covid-19, parti à l’étranger se faire soigner, après avoir cédé le pouvoir à l’un des vice-présidents. Certains annonçaient même que le chef d’Etat était décédé. Hier, il est apparu en public pour rassurer la population. Le président sud-soudanais a déclaré que « la population ne devait pas écouter la propagande et laisser de côté la politique futile ». Depuis le début de la pandémie de coronavirus dans le pays, Salva Kiir apparaît régulièrement dans les médias. Mais la semaine dernière, il est resté invisible. Les ragots ont alors commencé, le disant soit mort, soit malade et soigné en Egypte, après avoir cédé le pouvoir au vice-président Hussein Abdelbagi. « Je n’ai jamais cherché de refuge. Je resterai et mourrai ici. Mes os seront enterrés au Soudan du Sud », affirme le président.

NewsletterRecevez toute l’actualité internationale directement dans votre boite mailJe m’abonne 

Le même genre de ouï-dire avait circulé autour de l’ancien chef rebelle Riek Machar, qui lui par contre a bien été testé positif au coronavirus. On l’a même dit hospitalisé à Londres. Mais il a fait une apparition masquée dans sa résidence dimanche pour les célébrations de l’Aïd. Au Soudan du Sud, les autorités recensent désormais 660 malades, soit le double de la semaine dernière. Ironie de la chose, tous les membres de l’équipe gouvernementale anti-coronavirus sont atteints, sauf la ministre de la Santé.

  • Au Ghana, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale marche pour lever des fonds

A 95 ans, Joseph Hammond n’a pas perdu de son endurance. Le Ghanéen, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, a organisé une marche caritative afin de lever des fonds pour les personnes en première ligne de la pandémie et pour les militaires retraités, vulnérables face à la maladie. L’ancien soldat a ainsi marché l’équivalent de 23 km en sept jours. Au total, 19 600 dollars ont été réunis en une semaine.BlackPoppyRose@Blackpoppyrose

HE DID IT 🔥💪🏿🚶🏿🇬🇭

World War II Veteran PTE JOSEPH HAMMOND #WalkwithHammond completes his target of 14miles over 7 days to raise the needed funds to support the African Continents frontline workers.

Please donate to their JustGiving Crowdfunding Page: https://www.justgiving.com/crowdfunding/veteran-hammond?utm_term=KXWazDZeE …

Vidéo intégrée

7Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir les autres Tweets de BlackPoppyRose