5e édition de la journée africaine de la lutte contre la corruption : quand mal gouvernance freine le développement du

Comme qui dirait le problème de l’Afrique, c’est la corruption. Pour la présidente de l’Ofnac (Office national de lutte contre la fraude et la corruption), Seynabou Ndiaye Diakhaté, l’un des défis majeurs auquel le continent noir est confronté, c’est la corruption. « La corruption est devenue l’un des défis majeurs de gouvernance et de développement auquel est confrontée. Elle a plusieurs facettes. Et se manifeste dans la quasi-totalité des secteurs de la vie. Ses conséquences sur le développement économique du continent ne peuvent et ne doivent être sous estimés lorsque l’on sait qu’elle touche souvent ceux qui souffrent le plus, les personnes vulnérables, pauvres et marginalisées. Pourtant, en dépit de certains engagements collectifs apparents contre la corruption en Afrique, le défi reste énorme. En ratifiant les différentes chartes, certains pays africains ont réaffirmé leur engagement en faveur de la démocratie, du respect des droits humains, de l’Etat de droit, ainsi que des valeurs de transparence, d’intégrité, de participation et de responsabilité », a déclaré Mme Diakhaté qui célébrait la 5e édition de la journée africaine de lutte contre la corruption.

sunuafrikradio