SUNU AFRIK RADIO

Coronavirus: la Russie, la Chine et Cuba au chevet de l’Italie

Spread the love
Les militaires russes spécialistes des épidémies s'apprêtent à embarquer pour Rome, le 22 mars 2020.
Les militaires russes spécialistes des épidémies s’apprêtent à embarquer pour Rome, le 22 mars 2020. ALEXEY ERESHKO / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP

Alors que le nombre de décès ne cesse d’augmenter en Italie, le pays peut compter sur l’aide internationale venue aider le personnel soignant, épuisé par la crise du Covid-19.

Ce week-end, la Russie et Cuba ont envoyé des équipes médicales pour prêter main forte au personnel soignant en Italie. Le pays, fortement touché par le coronavirus, connaît une saturation des capacités de soins avec une contagion qui paraît hors de contrôle dans certaines régions. Au total, 5 476 personnes sont mortes du coronavirus dans le pays.

L’aide militaire russe

La Russie a annoncé ce dimanche 22 mars l’envoi d’une centaine de virologues militaires « expérimentés » en Italie, rapporte notre correspondant à Moscou, Paul Gogo. Un premier avion de l’armée russe est actuellement en route pour Rome. Ces spécialistes des épidémies et infirmières sont originaires de trois bases militaires russes.

Les communiqués du ministère russe de la Défense ne cessent de tomber dans les boîtes mail des correspondants à Moscou. La Russie apporte son aide militaire à l’Italie pour lutter contre le coronavirus et le Kremlin veut le faire savoir.

L’aide a été acceptée tard dans la soirée de ce samedi 21 mars par l’Italie, lors d’une discussion téléphonique entre les ministres de la Défense des deux pays. La Russie va envoyer neuf avions et 100 militaires et spécialistes sur le sol italien. Le premier avion était attendu dans l’après-midi sur la base militaire de Pratica de Mare au sud de Rome.

La carte diplomatique du Kremlin

Le ministère de la Défense a communiqué sur les impressionnants CV des spécialistes envoyés dans la péninsule. Ils ont participé à l’élimination des pestes porcines en Afrique. Ils ont également travaillé à l’élaboration de vaccins contre Ebola et la peste. Aux cerveaux s’ajoutent du matériel médical, notamment des équipements permettant la désinfection des véhicules.

L’aide russe comme chinoise envers l’Italie n’ont rien d’anodines. En Russie, les autorités considèrent que la crise est sous contrôle, alors que les chiffres officiels sont remis en cause par de nombreux médecins. Mais face à une Europe en état d’urgence et à un Donald Trump qui peine à gérer la situation, le Kremlin joue une carte tout aussi diplomatique qu’humanitaire.

À lire aussi : Coronavirus: l’Italie prolonge ses mesures de confinement «au-delà du 3 avril»

Le renfort venu de Cuba

Une brigade de médecins cubains vient d’arriver en Lombardie pour prêter main forte au corps médical italien surchargé face à l’épidémie de coronavirus. Fait rare pour être souligné, Cuba envoie dans le monde entier des médecins en mission solidaire, mais aussi afin de récupérer des devises étrangères, et en situation d’urgence, il s’agit de la première fois qu’un pays d’Europe, l’Italie, fait appel à ces médecins cubains, précise notre correspondante à la Havane, Domitille Piron.

Ils sont 52, uniquement des hommes, 49 ans de moyenne d’âge, à avoir quitté la Havane samedi pour rejoindre la Lombardie. Ces médecins et infirmiers, dont le départ pour cette mission est volontaire, resteront au moins trois mois en Italie et travailleront auprès de leurs homologues chinois et italiens dans le nouvel hôpital de Bergame.

Ces professionnels de santé cubains ont l’avantage de l’expérience, la plupart ont lutté contre l’épidémie d’Ebola en Afrique. Ce qui les motive ? Un profond sentiment de solidarité, assurent-ils. « Nous avons tous peur bien sûr, mais nous devons accomplir notre mission révolutionnaire, la peur nous la mettons de côté, nous nous ne sommes pas des super-héros dénués de peur, nous sommes des médecins de la Révolution », confie l’un d’entre eux.

L’Italie est le premier pays européen à demander l’aide médicale cubaine en temps de crise, et Cuba a également déjà envoyé plus de 300 professionnels de santé dans cinq pays des Caraïbes et d’Amérique centrale.

Sur place, certains Cubains s’interrogent : qui les soignera quand le nouveau coronavirus aura contaminé la population ? Pour l’heure, le ministère de la Santé fait état de 35 porteurs confirmés du Covid-19, un touriste italien décédé et 950 cas suspectés, en observation à l’hôpital.

Aucune mesure de confinement n’est prise pour le moment à Cuba : écoles, commerces et restaurants restent ouverts. Seules les frontières sont désormais fermées aux touristes, 60 000 sont actuellement évacués de l’île.

Des masques de protections envoyés par la Chine

Après avoir envoyé neuf experts médicaux et plusieurs tonnes de matériel le 12 mars dernier, la Chine continue elle aussi à venir en aide à l’Italie avec l’envoi de plusieurs centaines de milliers de masques de protection. Des masques chinois au cœur d’une polémique entre la péninsule et la République Tchèque.

Selon les médias italiens, 680 000 masques auraient été détournés par les Tchèques sous couvert d’une opération des douanes contre des trafiquants. Les autorités tchèques évoquent une méprise et assurent qu’il n’y aura aucune perte pour son voisin italien.

Notre sélection sur le coronavirus SARS-CoV-2

Écoutez Infos coronavirus, notre chronique quotidienne sur le Covid-19

Une infographie : Le coronavirus en 7 points

Les questions pratiques :
Qui sont les personnes vulnérables ?
Que faut-il faire quand on pense être contaminé ?
La quarantaine, de quoi parle-t-on ?
Quels traitements ? L’efficacité d’un médicament antipaludéen en question

Retrouvez tous nos articles, reportages, chroniques et émissions sur le coronavirus en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :