SUNU AFRIK RADIO

Guinée-Bissau: le Premier ministre Faustino Imbali, nommé par Vaz, démissionne

Spread the love

Photo de famille du nouveau gouvernement bissau-guinéen de Faustino Fudut Imbali nommé par le président José Mario Vaz, investi le 31 octobre 2019, à Bissau.
© RFI/Charlotte Idrac

Le chef du gouvernement, nommé par le président il y a onze jours, a démissionné. Le Premier ministre Aristides Gomes en poste auparavant et limogé par le président, José Mario Vaz, reste soutenu par la communauté internationale.

Nommé à ce poste le 29 octobre, Faustino Imbali a déposé sa lettre de démission au palais présidentiel, affirme son porte-parole. Selon ce proche, il ne voudrait « pas être responsable d’un conflit armé en Guinée-Bissau ». La Cédéao avait lancé mercredi un ultimatum à son gouvernement : la démission ou des sanctions. Faustino Imbali affirme également qu’il a été « empêché de travailler ». Il accuse notamment l’ECOMIB, la force armée de l’organisation ouest-africaine, chargée de protéger les bâtiments officiels, notamment les ministères. Pour le Premier ministre démissionnaire, l’ECOMIB est devenue une « force d’occupation ».

Depuis sa nomination, c’est bien l’équipe d’Aristide Gomes qui continuait de travailler au palais du gouvernement. L’appel du conseil de défense à « faciliter » l’installation de Faustino Imbali et son cabinet n’a pas été suivi d’effet.

Le président n’a pas encore accepté cette démission. Également candidat indépendant pour la présidentielle, José Mario Vaz – surnommé ici « Jomav » – est en campagne dans le nord du pays. S’il l’accepte, selon le porte-parole de Faustino Imbali, « le gouvernement cessera d’exister immédiatement ». Mais il a promis ces derniers jours qu’il ne ferait pas machine arrière, et plusieurs fois dénoncé une « ingérence étrangère ». « Le monde est contre lui », estime l’analyste Rui Landim, critique envers le chef de l’État. « Il est isolé, mais n’acceptera pas de perdre la face », « il n’a plus rien à perdre ».

Revers pour José Mario Vaz

C’est donc un revers pour le chef de l’État, José Mario Vaz, qui a affiché sa détermination ces derniers jours à installer cette nouvelle équipe, en demandant aux forces de défense et de sécurité d’intervenir. Appel qui reste pour l’heure sans effet. Le chef d’état-major général des armées a donné pour consigne à ses troupes de rester en dehors des affaires politiques.

Il n’y a donc désormais plus qu’un seul gouvernement dans le pays, celui d’Aristides Gomes, limogé par José Mario Vaz, mais qui ne cesse de clamer « sa légitimité ». Un gouvernement soutenu en bloc par la Cédéao, médiatrice dans la crise, et la communauté internationale.

La Cédéao qui a tenu un sommet extraordinaire à Niamey. Sous l’égide du président nigérien Mahmadou Issoufou, les chefs d’État de la Cédéao ont décidé d’aller vite pour contrer le président Vaz dans ses tentatives de garder le pouvoir et éviter ainsi à la Guinée-Bissau une crise sans précédent.

Doublement du contingent militaire

Ils ont à l’unanimité décidé de doubler le contingent militaire de la Cédéao à Bissau qui sera porté à 1 000 hommes d’ici quelques jours et ils ont prévu d’envoyer une délégation de cinq chefs d’État sur place le 16 novembre prochain.

« Cela va se faire vite à cause de la campagne électorale, très vite. On va renforcer les troupes. On va même renforcer le mandat des troupes. Si d’aventure il y a dérapage, il faut bien que les forces de la Cédéao que nous envoyons puissent se défendre, aussi », confirme le ministre nigérien des Affaires étrangères, Kalla Ankourao.

Une mission de haut niveau, constituée de chefs d’États, se rendra le 16 novembre à Bissau et tentera de convaincre le président Vaz. La conférence décide de l’envoi à Bissau d’une mission de chefs d’États, composée des chefs d’État de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée et du Nigeria. Cette mission sera précédée d’une mission des chefs d’état-major de la Cédéao.

En clôturant les travaux de la Conférence de Niamey, le président en exercice de la Cédéao, Issoufou Mahamadou, n’a pas manqué de lancer un appel à la population de la Guinée-Bissau : « La Conférence en appelle à la collaboration de tous les acteurs politiques, judicaires, et militaires de Guinée-Bissau. Je ne doute pas un seul instant que notre action permettra de réconcilier les acteurs politiques de Guinée-Bissau ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :