Nouveau gouvernement au Mali : les militaires gèrent les postes clés

Le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a été le principal artisan de la formation du nouveau gouvernement. Il a ramené à l’exécutif le colonel Sadio Camara, limogé de ce poste dans l’éphémère équipe nommée par l’ancien président Bah N’Daw, rapporte notre correspondant à Bamako, Serge Daniel.
Celui qui a été l’un des meneurs du coup d’État d’août 2020 retrouve le portefeuille de la Défense, selon le décret présidentiel. Son éviction du gouvernement fin mai par l’ancien président de la transition Bah N’Daw est considérée comme l’un éléments déclencheurs du second putsch en neuf mois dans le pays.

Des militaires proches d’Assimi Goïta conservent leurs postes, comme Ismaël Wagué, autre meneur du putsch d’août ayant renversé l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta. Il garde le portefeuille de la Réconciliation nationale.

De même pour le nouveau ministre de la Sécurité, le colonel-major Daoud Aly Mohammedine, qui occupait jusqu’ici les fonctions de numéro 2 de l’armée. Retour remarqué aux Finances et aux Mines de deux civils proches des militaires qui avaient également perdu leur poste.

Mahamadou Kassogué est également nommé à la Justice. Jusque-là, il occupait le poste de procureur chargé de la lutte contre la corruption.

Rfi