SUNU AFRIK RADIO

RDC: le gouvernement de coalition investi et le programme adopté

Spread the love

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga lors de la présentation de son programme devant l’Assemblée nationale congolaise, mardi 3 septembre.
© P. Mulegwa/RFI

Sans surprise en RDC, les députés ont investi vendredi 6 septembre le premier gouvernement du président Félix Tshisekedi mené par Sylvestre Ilunga Ilunkamba lors d’un vote boycotté par l’opposition.

Le programme de l’équipe dirigée par Sylvestre Ilunga Ilunkamba a été adopté vendredi par 375 voix et quatre abstentions sur 500 députés au total, et en l’absence de l’opposition qui a boycotté. Il s’agit du premier gouvernement de coalition du nouveau président Félix Tshisekedi et de son prédécesseur Joseph Kabila.

Assemblée Nationale/RDC@AssembleeN

Le gouvernement @IIlunkamba est investi ce vendredi 06 août 2019. Selon les résultats du vote de ce jour, sur 379 députés nationaux présents, 375 ont voté pour l’approbation dudit programme, 0 contre et 4 autres se sont abstenus.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
35 personnes parlent à ce sujet

En début de séance, le Premier ministre a répondu aux critiques formulées par plusieurs députés sur le contenu de son programme lors de sa présentation mardi. Un programme jugé « très ambitieux », « trop » même pour certains et surtout, « imprécis », ne comportant « ni chiffres, ni chronogramme, ni mécanismes de financement ».

A lire aussi : RDC : les poids lourds du gouvernement Ilunga 1

Le Premier ministre tente de rassurer sur le programme

Le Premier ministre a d’abord défendu le caractère « ambitieux de son programme », jugé « irréaliste » par certains. « L’absence d’ambition condamne notre société à l’inertie et à la misère », a-t-il déclaré.

À ceux qui réclamaient plus de mesures concrètes et de détails sur la manière dont il compte atteindre ses nombreux objectifs, le Premier ministre n’a apporté que peu de précisions, mais renvoie la balle à son gouvernement chargé désormais selon lui de traduire son programme en feuille de route.

Il promet que sera mis sur pied « un plan d’action pluriannuel comprenant un cadre des dépenses à moyen terme », et assorties de budgets, de calendriers et d’indicateurs de réussite.

Sur la question fondamentale du financement de ce programme soulevée elle aussi par plusieurs députés, le Premier ministre a essentiellement rappelé qu’il comptait engager de « nouvelles réformes » dans le domaine fiscal et lutter de manière générale contre la corruption et pour la diversification de l’économie afin d’« accroître » les capacités de financement du gouvernement.

Il a tout de même fait une annonce, celle de son objectif de croissance : atteindre les 10% par an « au cours des cinq prochaines années ».

« Le Premier ministre n’a pas étanché notre soif »

In fine, ce programme a été adopté à une large majorité, mais certains vendredi ne cachaient pas une pointe de scepticisme. « Le Premier ministre n’a pas étanché notre soif », déplorait un député de la coalition au pouvoir.

Nous allons « juger sur pièce », estime de son côté Henri-Thomas Lokondo, élu de la majorité. Il promet d’être aux aguets « et d’exercer rigoureusement son pouvoir de contrôle ».

Juvénal Munubo, élu du parti UNC de Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du chef de l’État, se félicite que le Premier ministre ait entendu les préoccupations des députés, mais estime qu’on en est encore au stade des promesses et attend de juger sur pièce. Il promet d’être vigilant.

Je m’attendais à ce qu’il nous présente un cadre logique avec des actions prioritaires, des indicateurs et des sources de financement. Il nous a renvoyé que cela allait venir très prochainement.

Juvénal Munubo, député du parti UNC

Dans un communiqué, les députés d’opposition avaient justifié leur boycot de la séance, en disant protester contre les « irrégularités » constatées, selon eux, dans la répartition du temps de parole.

Le député PPRD, François Nzekuye, estime lui que le règlement n’a pas été violé. Il dit « déplorer », mais « ne pas regretter » l’absence de l’opposition au cours de ce vote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :