SUNU AFRIK RADIO

Tunisie: des pluies torrentielles paralysent Tunis

Spread the love

Les inondations ont bloqué certaines routes de l’agglomération de Tunis, lundi 28 octobre.
© RFI/Lilia Blaise

Les pluies diluviennes ont causé d’énormes perturbations lundi 28 octobre dans le pays, notamment à Tunis, la capitale où des routes et des quartiers entiers ont été bloqués des heures durant.

Les Tunisiens n’ont pas perdu leur sens de l’humour face aux événements même si beaucoup n’ont pas pu se rendre au travail ou trouver un moyen de transport. Les photos, vidéos et blagues sur les inondations affluent sur le Facebook tunisien alors que 50 à 95 mm de pluie sont tombés lundi sur le Grand Tunis, causant des embouteillages et un blocage total de certaines artères.

Des canoës pour circuler et des dégâts

Certains ont dénoncé les véhicules de la fourrière appelés ici « changuel » (« grue ») qui continuaient à mettre des sabots aux véhicules alors que les routes étaient impraticables et beaucoup de voitures se retrouvaient garées, faute d’aller plus loin.

Blaise lilia

@liliagaida

Quand il pleut quelques heures à Tunis, la capitale devient une piscine géante. Les lignes de tramway sont coupées à l’exception du TGM qui dessert le Kram, la Goulette et la banlieue nord

Vidéo intégrée

D’autres ont pris des canoës pour se déplacer dans une rue submergée par l’eau. D’autres encore se sont mobilisés pour déboucher les égouts de leur quartier et permettre l’évacuation des eaux.

Le nord de Tunis, à l’Ariana et la Soukra, a été déclaré zone sinistrée par les municipalités. Des protestataires ont même bloqué la route du côté de Borj Louzir pour manifester face aux dégâts causés par les intempéries.

Critiques

Alors si certains Tunisiens rient jaune et sont un peu désabusés face à cette situation, c’est parce qu’elle n’est pas nouvelle. Beaucoup se rappellent les inondations dans la ville de Nabeul, à 70 kilomètres de Tunis, qui avait fait six morts en 2018.

Sur Tunis, c’est la mauvaise infrastructure qui est évoquée, cause parfois d’une évacuation défaillante des eaux, le laisser-aller des constructions anarchiques qui facilitent parfois l’infiltration de l’eau dans certains quartiers. L’eau qui s’est infiltrée dans des tunnels par exemple a causé l’arrêt total des tramways qui desservent le Grand Tunis jusqu’à lundi après-midi.

Si la situation est revenue au calme lundi soir, les autorités appellent encore à de la vigilance sur les régions côtières qui vont aussi connaître de fortes pluies cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :