Uemoa : les pays membres veulent harmoniser l’examen du baccalauréat

L’enseignement supérieur et la recherche font partie des chantiers de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). L’instance régionale a, en perspective, l’harmonisation de l’examen du Baccalauréat dans cet espace d’ici à l’horizon 2026. Lors de l’atelier régional de sensibilisation sur les chantiers de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (Uemoa), tenu à Ouagadougou, l’intégration régionale et l’enseignement supérieur et la recherche ont été au cœurs des discussions. L’organisation du Baccalauréat a été inscrit sur l’agenda des débats. Selon l’animateur de la session, Amadou Tchambou, Directeur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Département de développement humain de l’Uemoa, l’instance a, en ligne de mire, l’harmonisation de l’examen du Baccalauréat dans les pays membres d’ici à l’horizon 2026, conformément à la directive 07/20 de l’Uemoa.

L’objectif est que les élèves de la communauté soient examinés de la même manière. « Nous avons constaté, à un certain moment de l’histoire de l’Union, que les sujets du Bac sont simples dans certains pays et compliqués dans d’autres alors qu’il s’agit d’une évaluation pour sanctionner ce que l’élève est censé connaître au terme de son parcours secondaire », a constaté M. Diallo.

Partant de là, il estime qu’il n’y a pas de raison qu’on puisse dire que le Bac est facile dans tel pays et très difficile dans d’autres. « Pour comprendre cette dynamique, nous avons engagé une étude qui a concerné l’ensemble des pays pour formuler des questions sur l’organisation du Baccalauréat. Et la leçon qu’on en a tirée est qu’il y a une diversité de pratiques d’évaluation », a-t-il expliqué.

sunuafrikradio