SUNU AFRIK RADIO

Les camions remplacent leurs rétroviseurs par des caméras

Spread the love

Si le camion semi-remorque est le pachyderme de la route, alors ses énormes oreilles sont ses rétroviseurs. Des appendices qui opposent une résistance à l’avancement non négligeable et augmentent la consommation de carburant. L’Allemand Daimler est le premier à les remplacer par de minuscules caméras.

Caméra rétroviseur sur camion Mercedes Actros (2019)

Les camions remplacent leurs rétroviseurs imposants par des caméras numériques couplées à des écrans et à des radars. C’est plus sûr et plus aérodynamique.

IMAGE © MERCEDES-BENZ TRUCKS
Accusés de polluer notre atmosphère et de dégrader nos routes, les camions sont condamnés à évoluer. Mais ils ne sont pas près de disparaître pour autant. Selon la Fédération nationale du Transport routier, environ 80 % des marchandises que nous consommons transitent par la route. Les camions de toutes tailles transporteraient même 99 % de nos besoins quotidiens, jusqu’au cœur de nos villes. Au mois d’octobre 2019, le quotidien The New York Times s’inquiétait des conséquences sur la circulation dans les artères de la ville du développement rapide de la vente en ligne et de la livraison quotidienne de 1,5 million de colis. Car tous ne peuvent prendre place sur le porte-bagages d’un vélo ou dans le coffre d’un micro véhicule de livraison à propulsion électrique.

Pour aider les chauffeurs de ces fourgons plus ou moins imposants à se frayer un chemin dans la jungle urbaine, les bons vieux miroirs rétroviseurs se sont progressivement enrichis de systèmes électroniques. Apparue sur les voitures de tourisme du constructeur suédois Volvo voici une quinzaine d’années, le capteur de présence dans l’angle mort se généralise sur les camions. Un voyant s’illumine et une alerte sonore retentit lorsque la présence d’un objet (véhicule, cycliste ou piéton) est détectée sur le flanc du véhicule.

Haut perché dans sa cabine, le chauffeur n’a qu’une vision très partielle des parages immédiats de son camion

Un tel système ne dispense pas le conducteur de contrôler ses rétroviseurs qui restent — malgré leurs limitations — la source première d’information. Heureusement, le temps est loin où le chauffeur n’avait qu’un simple miroir à sa disposition. Dorénavant, ils sont de toutes tailles et de toutes courbures, pour voir loin ou près, avec un angle de vision plus ou moins large. Sur les camions destinés à circuler fréquemment en ville, on trouve même devant le pare-brise un miroir dirigé vers le sol, pour surveiller la zone qui précède immédiatement le pare-chocs. Utile, lorsqu’il faut céder la priorité à un piéton au coin de la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :