SUNU AFRIK RADIO

La reconnaissance faciale au FC Metz, une expérimentation qui suscite la controverse

Spread the love
Single Post
La reconnaissance faciale au FC Metz, une expérimentation qui suscite la controverse

Le club de football professionnel de Metz a expérimenté la technologie de la reconnaissance faciale dans son stade. Un dispositif qui a vocation à être “valorisé sur les grands événements sportifs”, assure la ministre française des Sports, tandis que des associations s’interrogent sur une possible atteinte aux libertés individuelles.
En se disant “favorable” à la reconnaissance faciale dans les stades, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a relancé, vendredi 31 janvier, un sujet controversé pour de nombreuses associations et organisations. La polémique prend forme dix jours plus tôt, quand le journaliste Olivier Tesquet révèle au média StreetPress qu’une entreprise messine d’analyse vidéo, Two-i, “a testé (son) dispositif au stade de football de Metz”.
“Nous refusons de devenir les rats de laboratoire de la reconnaissance faciale”, s’indignait le 24 janvier l’Association nationale des supporters (ANS). Des expérimentations qui ont pourtant “vocation à être valorisées sur les grands événements sportifs que la France organise”, estime Roxana Maracineanu, qui explique que “ce ne sont pas les supporters qui sont visés expressément mais la sécurité autour de l’événement sportif de manière générale”.
“Ces expérimentations nous chatouillent un peu sur les possibilités d’extension, et le fait que cela se passe d’abord dans les stades nous inquiète”, réagit Bernard Leclerc, président de la section messine de la Ligue des droits de l’homme (LDH), contacté par France 24. “On s’est aperçu par le passé que les dispositions sécuritaires prises dans les stades – comme les interdictions administratives d’accès aux enceintes sportives – ont ensuite été transposées dans la loi à l’ensemble des citoyens avec des interdictions administratives de manifester développées par les préfectures.”
Il existe aujourd’hui trois types d’interdiction de stade : judiciaire (prononcée par le juge), administrative (décidée par un préfet) et commerciale (décidée par le club).
“Absence de débat public”
Les principaux intéressés, le FC Metz et l’entreprise Two-i, ont démenti avoir mené l’expérimentation au sein du stade Saint-Symphorien lors d’un match. Le club de Ligue 1 a expliqué sur Twitter qu’”uniquement afin de faire respecter les interdictions commerciales de stade, une solution de comparaison faciale a été testée. Elle concerne donc exclusivement les personnes interdites d’accès au stade.”
La directrice générale du club, Hélène Schrub, a pour sa part évoqué auprès du Républicain lorrain des “tests techniques” menés sur des “personnels volontaires de la start-up en vue d’une éventuelle application ultérieure”.
De son côté, le cofondateur de Two-I a affirmé à la télévision locale viàMirabelle “(ne pas avoir) fait de reconnaissance faciale au stade Saint-Symphorien parce que c’est illégal”. “Il y a un cadre juridique très précis sur son utilisation dans les stades, et les seules choses qu’on a faites c’est des tests en interne pour s’assurer que l’algorithme de reconnaissance faciale, s’il avait besoin d’être utilisé, fonctionne”, a précisé Guillaume Cazeneuve.
“Le problème, c’est que cette expérimentation a été faite de manière cachée, déplore le porte-parole de l’Association nationale des supporters (ANS), contacté par France 24. Cela pose la question de l’information du public puisque la reconnaissance faciale fait peur, à tort ou à raison, et ni le FC Metz ni Two-I n’ont fait l’effort d’une véritable transparence. Sans cela, il ne peut pas y avoir d’acceptation, ce manque d’information n’est pas satisfaisant.” Le club et la start-up, contactés par France 24, n’avaient pas répondu à nos sollicitations au moment de l’écriture de cet article.
Tout comme la LDH-Metz, l’ANS regrette surtout une “absence de débat public”. “La reconnaissance faciale, c’est quand même quelque chose d’intrusif car les personnes perdent leur anonymat et sont identifiées d’office sans rien savoir”, affirme Bernard Leclerc. Le porte-parole de l’ANS estime qu’un tel “système sécuritaire paraît complètement disproportionné” si cela ne concerne que les interdictions commerciales de stade.
Lutte contre le terrorisme et projet de société ?
La ministre des Sports s’est par ailleurs montrée favorable à l’expérimentation de la reconnaissance faciale dans les stades dans le cadre plus large de la lutte contre le terrorisme. “Il y a une vraie problématique de lutte contre la radicalisation en France mais aussi dans le monde. Donc il faut qu’on veille à la lutte contre le terrorisme, et quand on a des personnes rassemblées autour d’un événement sportif, ça peut être très dangereux”, a déclaré Roxana Maracineanu.
“C’est vrai qu’il y a eu des attentats, mais la reconnaissance de masse nous inquiète et crée une ambiance de soupçon généralisé”, regrette la LDH-Metz. “Il y a des villes américaines (comme San Fransisco, NDLR) qui abandonnent ces dispositifs de reconnaissance faciale parce que ça ne marche pas, et nous nous lançons là-dedans tranquillement alors qu’on sait bien que ça peut être un moyen de contrôle comme en Chine.”
Plus généralement, la reconnaissance faciale interroge le “modèle de société que nous souhaitons”, souligne la CNIL dans sa position officielle publiée sur son site. “L’objectif est d’éviter de découvrir un jour, après coup, que, par l’accumulation progressive de nouveaux cas d’utilisation de cette technologie, par sa diffusion à bas bruit dans la vie quotidienne des citoyens, la société aurait changé sans que ce changement ait fait au préalable l’objet d’un débat d’ensemble et d’un choix politique délibéré”, explique l’autorité administrative indépendante.
“Quel modèle de société veut-on ?”, interroge de la même manière l’ANS. “Mettre la charrue avant les bufs, c’est ce qu’a fait le FC Metz avec cette expérimentation.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :