SUNU AFRIK RADIO

A la Une: les Bahamas ravagées par l’ouragan Dorian

Spread the love
mediaPhoto aérienne qui montre les conséquences des dégâts causés par l’ouragan Dorian aux Bahamas, le 2 septembre 2019.Coast Guard Air Station Clearwate/Distribuée via REUTERS

Dorian a fait au moins 20 morts, selon le dernier bilan. Les opérations de sauvetage on tout juste commencé. C’est à la Une du Washington Post. Tous les efforts sont concentrés sur ces opérations de sauvetage et l’exploration des maisons inondées. Les endroits les plus touchés de l’archipel sont les îles du nord, à savoir Grand Bahama et les îles Abacos. Des équipes de secours sont en train d’évacuer des habitants de ces endroits vers la capitale des Bahamas, Nassau. Des scènes émouvantes étaient visibles à l’aéroport de Nassau où des membres de famille se sont rassemblés pour attendre l’arrivée de leurs proches. Des proches dont ils sont parfois sans nouvelles depuis des jours.

Ralanda McKinney, 25 ans, espère pouvoir rapidement retrouver ses parents qui ont dû se réfugier dans un abri sur l’île de Great Abaco. « Mon souci n’est pas de savoir si leur maison existe encore ou pas, je veux juste les voir ! ». Pour l’instant il est difficile de savoir combien de personnes sont portées disparues, écrit le Washington Post. Sur le site DorianPeopleSearch.com, mis en place pour aider les gens à retrouver leurs proches, plus de 5 000 noms ont été postés, des noms de personnes qui pour l’instant n’ont pas donné de nouvelles.

Et ceux qui ont survécu sont encore traumatisés par ce qu’ils ont vu. Le Miami Herald a recueilli le témoignage d’un homme évacué des îles Abaco hier mercredi. Gary Smith, 69 ans, a encore les images de la destruction dans la tête. « Toutes les églises, 9 au total, sont détruites », explique-t-il au Miami Herald. « Il est impossible de décrire la force d’un ouragan », ajoute cet homme. D’après le Premier ministre des Bahamas, l’île de Grand Bahama et les îles Abacos ont subi des dommages indescriptibles. Mais une bonne partie des Bahamas sont restées intactes. La meilleure chose que l’on peut faire pour aider son pays, a-t-il dit, c’est de venir y passer des vacances ou d’investir. Les Bahamas sont toujours ouverts pour les affaires, « open for business », a déclaré le chef du gouvernement.

Manifestations contre le gouvernement en Argentine

Plusieurs milliers de manifestants descendus dans les rues à Buenos Aires ont demandé au gouvernement de décréter l’état d’urgence alimentaire. C’est à la Une du journal O Globo. Selon le journal brésilien, les manifestants sont soutenus dans leur revendication par l’Église catholique et certains partis de l’opposition. Le rassemblement dans le centre de Buenos Aires a bloqué les principaux axes de la capitale, dont l’avenue du 9 juillet.

Plusieurs manifestants ont installé des tentes sur la rue et y ont passé la nuit, rapporte le journal La Nacion. D’après le quotidien La Voz, le gouvernement est sous pression pour agir face à la situation économique qui ne cesse de s’aggraver. Mardi dernier, les autorités avaient imposé un contrôle des changes, limitant la sortie de dollars du pays, une mesure qui restera en vigueur jusqu’à la fin de l’année.

La NRA qualifiée d’« organisation terroriste domestique » par San Francisco

La ville de San Francisco est visiblement décidée à combattre les armes à feu. Le conseil municipal a pris une décision qui ne plaira pas à la puissante organisation des défenseurs des armes à feu aux États-Unis, la NRA (National Rifle Organisation). Les parlementaires ont adopté une résolution qualifiant la NRA de « groupe terroriste domestique ».

Selon le Los Angeles Times, le texte accuse le groupe pro-armes de divulguer une propagande trompeuse sur le danger de violences liées aux armes et de promouvoir des positions extrémistes et de fournir des armes à des individus qui pourraient commettre ou qui ont déjà commis des actes terroristes.

Les incendies en Amazonie sont d’origine criminelle

Il n’y pas de doute : la principale cause des incendies, les plus importants depuis 9 ans, est la déforestation. C’est ce que révèlent des images satellites obtenues par l’Institut brésilien de recherche environnementale sur l’Amazonie. Selon cet institut, un tiers des incendies se sont produits sur des propriétés privées. La législation sur la protection de l’environnement veut que 80 % des propriétés privées doivent être protégées, ce qui interdit toute déforestation. C’est à lire dans O Globo.

En Haïti, les défis du nouveau gouvernement de Fritz William Michel qui attend toujours son approbation par le Sénat.

Une étape importante a été franchie le mardi 3 septembre 2019. La Chambre de députés a accordé sa confiance au Premier ministre désigné Fritz William Michel. Mais pour être effectif, le nouveau gouvernement doit encore recevoir l’approbation du Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :