Présidentielle américaine: la sénatrice Harris abandonne la primaire démocrate

mediaKamala Harris, sénatrice de Californie, lors du deuxième débat de la primaire démocrate, le 27 juin 2019 à Miami, en Floride.AFP/Cliff Hawkins

Kamala Harris jette l’éponge. L’Afro-Américaine, sénatrice de Californie, a annoncé mardi qu’elle se retirait de la course à l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle. Elle était pourtant sélectionnée pour participer au prochain débat entre les candidats.

Avec notre correspondante à Washington,Anne Corpet

Kamala Harris avait fait sensation lors du premier débat entre candidats démocrates, lorsqu’elle avait affronté Joe Biden avec fougue, et raconté les discriminations qu’elle a subies au cours de son enfance. Elle avait ensuite dépassé les 10% d’intentions de vote. Mais cette gloire a été éphémère.

La sénatrice de Californie a décroché dans les sondages, et renonce finalement, faute d’argent : « Ma campagne pour la présidentielle n’a tout simplement pas les ressources financières pour se poursuivre. Je ne suis pas milliardaire, je ne peux pas financer ma propre campagne. Et au fur et à mesure que la campagne avance, c’est devenu de plus en plus dur de récolter des fonds pour cette course. Donc à vous mes soutiens, mes chers soutiens, c’est avec un profond regret, mais aussi une profonde gratitude, que je suspends ma campagne aujourd’hui. »

Kamala Harris se dit cependant décidée à rester investie dans la campagne démocrate, à poursuivre son combat pour la justice et à tout faire pour empêcher la réélection de Donald Trump. L’ancienne procureure de Californie renonce pour cette fois au bureau ovale, mais elle n’en a pas fini avec la politique. Joe Biden, en tête des sondages chez les démocrates, lui a rendu hommage appuyé.

Kamala Harris était partie très vite, et très haut(…)mais elle était redescendue aussi rapidement…

Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l’Université Paris 2.03/12/2019 – par Vincent SouriauÉcouter

Judy, une militante démocrate californienne, regrette l’abandon de Kamala Harris : « C’est très triste, et je m’étonne de dire cela car je ne suis pas une supportrice de Kamala Harris. Mais ma tristesse vient du fait que cela fait une femme de moins dans la course. Et avant de mourir, j’aimerais voir une femme devenir présidente. Une femme de couleur, qui plus est. Mais tout cela n’est qu’une histoire d’argent. Regardez Bloomberg qui vient d’arriver dans la course. Il a dépensé 37 millions de dollars en une semaine. C’est autant qu’elle en huit mois de campagne ! Et cela m’énerve. Je suis donc de tout cœur avec elle. Mais je pense que c’est une femme forte. Elle n’a pas dit son dernier mot. Et qui sait… elle pourrait faire une bonne vice-présidente ou une ministre de la Justice. »