SUNU AFRIK RADIO

Grenelle contre les violences conjugales: l’espoir d’un «plan Marshall»

Spread the love

Le premier ministre doit annoncer des mesures dès le premier jour du «Grenelle» qui s’ouvre ce mardi 3 septembre. Durant trois mois, ministres, associations et proches de victimes tenteront de trouver des solutions.

C’est un décompte macabre qui s’égrène depuis des années mais qui provoque aujourd’hui un émoi d’une ampleur inédite. Entre janvier et début septembre, 100 femmes ont été tuées par leur mari ou leur ancien conjoint. Après un été meurtrier, le bilan de 2019 pourrait être pire que celui de 2018 où 121 femmes sont mortes dans ces circonstances. Ce phénomène représente à lui seul 20 % des homicides commis en France, selon la délégation d’aide aux victimes, rattachée au ministère de l’Intérieur.

Devant ces chiffres dramatiques, jamais l’attente d’une réponse politique n’avait été aussi forte. Face à la colère des familles de victimes, Marlène Schiappa a annoncé en juillet, dans l’urgence, la tenue d’un «Grenelle» sur les violences conjugales. Souvent décriée pour sa communication à tout va, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes sait qu’elle est attendue au tournant.

Cet événement, lancé ce 3 septembre à Matignon, réunira pendant trois mois des ministres, des administrations, des associations et des proches de victimes pour plancher sur des solutions concrètes. Des annonces d’Édouard Philippe sur la prévention, la prise en charge des victimes ou la sanction des auteurs de violences – soit les trois thèmes de ce Grenelle – y sont attendues dès mard/i.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :