SUNU AFRIK RADIO

Intelligence artificielle: l’Afrique veut rattraper son retard

Spread the love

Stand à la AI Expo Africa au Cap, en Afrique du Sud, le 10 septembre 2018.
© RODGER BOSCH / AFP

La conférence mondiale sur l’intelligence artificielle se tient du 29 au 31 août à Shanghai. Si les principales avancées dans le domaine viennent des États-Unis, de la Chine et de l’Europe, le continent africain ne veut plus rester à la traîne et entend aussi embrasser la quatrième révolution industrielle.

Partout dans le monde, l’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus prisée. La science-fiction d’hier est devenue la réalité d’aujourd’hui avec des machines capables de réaliser des tâches que l’homme accomplit, comme ce robot présentant le journal à la télévision chinoise. Mais alors que les États-Unis, la Chine et l’Europe ont pris une avance dans le domaine, l’Afrique accuse toujours un sérieux retard.

En décembre dernier, l’Unesco a d’ailleurs organisé le premier forum en Afrique consacré à l’intelligence artificielle, à l’Université polytechnique de Benguérir au Maroc. L’objectif était de développer une réflexion avec et par les acteurs africains pour faire de l’intelligence artificielle un levier de développement sur le continent.

Des applications en agriculture, santé…

Selon une étude du cabinet Deloitte de 2018, l’Afrique comptera 660 millions d’Africains connectés grâce à un smartphone en 2020, soit le double par rapport à 2016 (336 millions). Cela signifie plus de données à collecter, permettant à l’IA d’occuper une place plus importante : « L’Afrique est en retard mais il y a une dynamique forte, avec beaucoup de start-up. Il y a un vrai enjeu dans le domaine de la santé, pour faciliter l’accès aux soins. Au Kenya par exemple, il y a une start-up qui, grâce à l’IA, peut détecter les cancers de la peau à l’aide de photos prises sur smartphone », détaille Karim Koundi, associé à Deloitte Afrique francophone, responsable des activités TMT (technologies, médias et télécommunications).

►À écouter aussi : L’Afrique face à l’intelligence artificielle

Outre la santé, d’autres domaines font appel à cette technologie : « Dans le domaine de l’agriculture, il y a aussi des applications utilisant l’IA pour optimiser la quantité d’eau. Celle-ci est aussi présente dans le secteur de l’énergie. Le solaire est la principale énergie qui va se développer en Afrique sur les prochaines années et il y a beaucoup d’applications utilisant l’IA qui sont en train d’émerger. »

Facebook est aussi de la partie. Avec l’aide de chercheurs du Center for International Earth Science Information Network (CIESIN) de l’Université de Colombia, la société a notamment cartographié la densité de la population africaine, en avril dernier. Un travail de haute précision grâce à des algorithmes qui ont passé au crible plus de 11 milliards d’images. Ces données peuvent se révéler précieuses pour les organisations humanitaires, comme en cas de catastrophe naturelle.

The new map accounts for nearly all of Africa’s 1.3 billion people and their locations down to the meter.

Voir l'image sur Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :