Côte d’Ivoire: 23 partis d’opposition contre le projet de nouvelle Constitution

En Côte d’Ivoire, 23 partis d’opposition, dont le Front populaire ivoirien (FPI), demandent le retrait du projet de nouvelle Constitution. Un texte en train d’être rédigé et qui doit être soumis à référendum en septembre ou octobre. Une initiative du président Ouattara qu’ils jugent antidémocratique.

C’est une fin de non-recevoir que les 23 partis viennent d’opposer au projet de Constitution d’Alassane Ouattara. Le FPI, Le Lider, le Cojep, l’URD ou encore le RPC montent au front ensemble contre ce projet qu’ils jugent « antidémocratique, illégal et illégitime ».

Sur le fond d’abord : la coalition rejette les principaux points du projet. Pour elle, la nomination d’un vice-président par le chef de l’Etat est une dérive monarchique qui permettrait à Alassane Ouattara de choisir son successeur. Même chose concernant la création d’un Sénat dont le tiers serait nommé par le président.

Sur la forme : la méthode Ouattara est entièrement remise en cause. Le président a confié la rédaction du projet à des experts. Le texte sera ensuite soumis au Conseil du gouvernement, au Conseil des ministres et à l’Assemblée nationale. Avant un référendum en septembre ou octobre.

Une procédure jugée « antidémocratique, autoritaire et illégitime » par les mouvements d’opposition. Pour eux ce texte « revêt le sceau du sacré », il faudrait donc un débat constitutionnel rassemblant toutes les couches de la nation, disent-ils.

Enfin, les 23 partis voient même un danger dans ce projet qui « menace la paix et la stabilité » d’un pays qui selon eux connaîtrait une résurgence des violences et des frustrations.

rfi