Coup de filet au sein de la «Cosa nostra» sénégalaise en Italie

Cinq «capo» sénégalais sont interrogés depuis hier matin par la Brigade antimafia italienne à la suite d’un coup opéré dans les milieux mafieux. Trois villas, sept véhicules et plus de deux millions d’euros (1,2 milliard FCfa) ont été saisis par les enquêteurs alors que seize personnes ont été arrêtées.

Il aura fallu plusieurs mois de filatures, commissions rogatoires… à la Brigade spécialisée italienne pour frapper au cœur d’une mafia sénégalaise qui avait étendu ses tentacules jusqu’en Chine. Ce n’est qu’hier matin que l’opération baptisée «Easy Brand» a été bouclée avec à la clé 40 perquisitions et 16 arrestations.

Parmi les personnes arrêtées, la tête du réseau : un compatriote surnommé «Jules», sans plus de précisions. N’empêche, ce dernier, présenté comme un «capo», est tombé en même temps que ses lieutenants M. Lô né le 02/02/59, El Hadji M. G. né le 04/01/1971, Mamadou M. S. né le 19/10/1980 et Samba Nd., originaire de la localité de Touba.

Les mêmes sources renseignent que deux ressortissants indiens et un ukrainien ont été arrêtés en même temps que les Sénégalais. Visé pour blanchiment de capitaux, fraude, contrefaçon, association de malfaiteurs, crime en bande organisée…, le réseau avait réussi à amasser un butin de guerre pour le moins conséquent : trois villas de luxe, sept véhicules, dix huit unités industrielles servant à fabriquer de la contrefaçon et une pizzeria qui servait à «laver» l’argent sale. Ces biens ont été saisis en même temps que la rondelette somme de deux millions d’euros (1,2 milliards FCfa) retrouvée lors des différentes perquisitions. Selon Libération, la Brigade financière italienne, qui a sollicité la coopération de Interpol, compte étendre l’enquête au Sénégal où une partie des montants a pu être blanchi.

Dakaractu