Dernier rapport d’Amnnesty sur la Gambie: Des opposants exigent des sanctions contre Jammeh

Amadou Diané, opposant gambien et Cie qualifient de tragique la situation dans leur pays, depuis l’arrivée de Yahya Jammeh à sa tête. Ainsi, pour se faire, ils demandent à la Cedeao et à la communauté internationale de sanctionner Yahya Jammeh qui ne cesse disent-ils de réprimer ses opposants.

Dans un rapport rendu public, ce jeudi, Amnesty international met à nu les nombreuses violations des droits humains par le régime de Yahya Jammeh et liste plusieurs exigences devant contribuer à mettre fin au règne de la terreur dans ce pays voisin du Sénégal.

En effet, les nombreuses violations des droits humains perpétrées par le régime de Yahya Jammeh ont amené Amnesty international (Ai) à produire un rapport rendu public, ce jeudi. Dans ce document, l’Ong basée à Londres, pour éviter que de pareilles exactions se reproduisent, a dressé un certain nombre de recommandations à l’endroit du régime de terreur de Jammeh. Aussi, attend-elle du gouvernement gambien qu’il agisse sans délai «pour garantir le respect des droits humains de tous les Gambiens à l’approche des élections de décembre et au-delà».

La structure exige aussi, entre autres, de Banjul la libération «sans délai et sans condition de tous les prisonniers d’opinion tels que l’avocat Ousainou Darboe, tous les membres du Parti démocratique uni (Udp), les manifestants et les passants qui ont été arrêtés entre les mois d’avril et mai 2016, Amadou Sanneh, Alhagie Sambou Fatty, Malang Fatty, Imam Sawaneh et Ebrima Manneh». Il exige également le respect de la liberté d’expression et l’abrogation de lois restrictives.

Igfm