Eric Adams, ancien policier noir antiraciste, devrait être élu maire de New York mardi

Ce centriste du parti démocrate devra poursuivre l’œuvre de son démocrate démocrate Bill de Blasio, qui, malgré son impopularité, a piloté la capitale économique et culturelle de plus de huit millions d’habitants dans la tempête de la pandémie.

Le poste est, dit-on, le plus périlleux après celui de président des États-Unis : l’Afro-Américain Eric Adams devrait être élu ce mardi 2 novembre maire de New York, une consécration pour cet enfant des quartiers pauvres sorti de la délinquance et ancien policier antiraciste.

Ce centriste du parti démocrate devra poursuivre l’œuvre de son Bill de Blasio, malgré son impopularité, a piloté la capitale économique et culturelle de plus de huit millions d’habitants dans la tempête de la pandémie qui l’a mise à genoux (plus de 34.000 morts).

 

S’il bat bien dans les urnes mardi, comme c’est pratiquement certain dans une ville classée à gauche, son rival républicain Curtis Sliwa, Eric Adams, 61 ans, sera le deuxième maire afro-américain de l’histoire de New York, après David Dinkins (1990-93).

Pandémie et réforme de la police

Le maire de New York gère le plus gros budget municipal des États-Unis, 98,7 milliards de dollars pour l’exercice 2021-2022, dédié en partie à la sortie de la crise sanitaire. Il a la main sur la plus importante force de police du pays (NYPD, 36 000 employés) et sur l’énorme système public d’Education mis à rude épreuve par le Covid-19.

Outre la sortie de la pandémie – malgré l’opposition de certains agents municipaux à la vaccination obligatoire – Eric Adams devra gérer un maximum de dossiers : maintien de l’ouverture des écoles, retour à la normale à Manhattan où des milliers de commerces sont fermés et des tours de bureaux restent à moitié vides, inégalités sociales criantes, mal-logement, infrastructures en piteux état, intempéries… Sans la fermeture imminente de Rikers Island, la terrible prison surpeuplée, ultraviolente et insalubre.

Le prochain maire devra aussi poursuivre la réforme de la police accusée d’avoir dans ses rangs des agents violents, racistes et corrompus, mais sans se mettre à dos son ancien corps d’origine puissant et syndiqué.

C’est donc un parcours extraordinaire pour cet enfant de Brooklyn né dans une famille pauvre, ayant flirté adolescent avec la criminalité dans le Queens, avant d’entrer dans la police et d’épouser une carrière politique au parti démocrate. Il fut tour à tout sénateur de l’État de New York et président du quartier Brooklyn, tremplin vers la mairie de New York.

Frappé par des policiers à 15 ans

Eric Adams raconte qu’à l’âge de 15 ans, il a été frappé par des policiers lors d’une arrestation pour un délit mineur. C’est ce qui le pousse à entrer dans la police :

« Je ne voulais pas qu’un enfant passe par ce que j’avais enduré, j’ai cherché à changer le système de l’intérieur » , écrivait-il dans le « New York Times » en 2014.

Devenu policier au milieu des années 1980 vers l’âge de 25 ans, il y passe 22 années jusqu’au rang de capitaine. En 1995, il fonde un syndicat qui se bat contre le racisme. D’autant que le NYPD a été largement montré du doigt, y compris via des plaintes en justice, pour la répression violente de manifestations antiracistes du mouvement Black Lives Matter en 2020, après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par un policier blanc à Minneapolis.

Enfin, Eric Adams est fier d’être devenu vegan en 2016 pour soigner son diabète et a même écrit un livre de cuisine pour convaincre les Afro-Américains de faire de même.

Par L’Obs avec l’AFP