Euro 2016: le France bat sur le fil l’Albanie (2-0), et se qualifie en 8e de finale

L’équipe de France est qualifiée pour les huitièmes de finale. Les Bleus ont battu sur le fil l’Albanie (2-0) mercredi soir à Marseille, grâce à des buts d’Antoine Griezmann et Dimitri Payet, sur les deux seuls tirs cadrés tricolores de la rencontre. Ce fut dur, laborieux, mais comme contre la Roumanie, les joueurs de Deschamps ont fini par trouver la faille.

De Saint-Denis à Marseille, rien n’a changé. Rien du tout. Comme face aux Roumains, la prestation des Bleus a souvent ressemblé à un brouillon. Et, comme face aux Roumains, c’est un miracle plus que tardif qui a sauvé l’équipe de France. Un centre d’Adil Rami et une tête décroisée d’Antoine Griezmann ont fait chavirer de bonheur le stade Vélodrome et plier l’Albanie (90e) avant que Dimitri Payet, spécialiste des buts qu’on n’attend plus, ne vienne conclure une drôle de soirée (90+6, 2-0).

Le film du match:

Les esthètes ne retiendront pas grand-chose de cette partie. Les comptables, eux, se souviendront que les Bleus ont décroché leur billet pour les huitièmes de finale. Si ça ne suffit pas à lever les doutes sur le potentiel de cette équipe, cette deuxième victoire – décrochée sur les deux premiers tirs cadrés du match (!) – ravit la bande à DD et Antoine Griezmann. L’attaquant de l’Atlético Madrid, en-dedans vendredi au Stade de France, a passé les 67 premières minutes de la rencontre sur le banc. A ruminer. A attendre que son heure vienne. Elle est finalement arrivée… sans se presser. Dimanche, à Lille, les Français n’auront besoin que d’un nul pour décrocher une première place pas loin d’être vitale quand on se penche sur le programme à venir.

Si ça ne suffit pas à lever les doutes sur le potentiel de cette équipe, cette deuxième victoire – décrochée sur les deux seuls tirs cadrés du match (!) – ravit la bande à DD et Antoine Griezmann. L’attaquant de l’Atlético Madrid, en-dedans vendredi au Stade de France, a passé les 67 premières minutes de la rencontre sur le banc. A ruminer. A attendre que son heure vienne. Elle est finalement arrivée… sans se presser. Dimanche, à Lille, les Français n’auront besoin que d’un nul pour décrocher une première place pas loin d’être vitale quand on se penche sur le programme à venir.

Le pari perdu du 4-2-3-1

Après avoir lancé Anthony Martial et Kingsley Coman en cours de match pour renverser la Roumanie, Didier Deschamps avait décidé de leur faire confiance d’entrée. L’un à gauche, Martial, l’autre à droite, Coman, et Payet aligné en chef d’un orchestre qui a joué faux tout au long de la première période. Comme vendredi, les Bleus se sont retrouvés face à une formation regroupée et qui a complètement annihilé leurs maigres inspirations. Incapables de casser les lignes, par le dribble ou par les passes, les joueurs de Didier Deschamps n’ont pas obtenu une seule occasion franche.

Par charité, on retiendra deux coups francs parfaitement exécutés par Dimitri Payet et qui ont trouvé Olivier Giroud (4e, 36e). Les Albanais n’ont pas été plus précis que les Français dans le dernier geste mais ont fait passer quelques “frissons” sur le but d’Hugo Lloris, par Sadiku (24e), Lenjanu (39e) ou Memushaj (44e). Pas de quoi fouetter un chat. Mais de quoi pousser DD à renoncer à son 4-2-3-1 dont la vie aura duré 21h00 à 21h46.

Ce fut peu. Mais déjà trop. Loin du compte, Anthony Martial a été prié de laisser sa place à Paul Pogba au retour des vestiaires. De loin, le numéro 15 des Bleus a vu Memushaj toucher du bois et passer près de définitivement plomber l’ambiance (52e). Et puis l’Albanie a commencé à baisser de pied. Antoine Griezmann a pointé le bout de son nez. Et surtout sa tête, plus heureuse que celle de Giroud qui avait terminé sur le montant de Berisha quelques minutes plus tôt (69e). Sur un centre de Rami, il a délivré les siens (1-0, 90e). Tout un pays, même. Et parce qu’une soirée réussie est une soirée où Dimitri Payet marque, le Hammer y est allé de son petit but du droit sur un contre rondement mené (2-0, 90+6e). Petit but mais énorme soulagement.

Footempo avec eurosport