Gabon: l’opposant Jean Ping ne s’est pas rendu à une convocation de justice

Jean Ping était attendu à 10 heures, mais la police judiciaire attend toujours au Gabon. Il ne s’est donc pas rendu à la convocation reçue ce jeudi. L’ancien président de la commission de l’Union africaine et candidat déclaré à la prochaine présidentielle est au cœur d’une polémique autour d’une vidéo dans laquelle il a appelé à éliminer une partie des Gabonais qualifiés de « cafards ».

Jean Ping ne s’est pas présenté sur le conseil de ses avocats. Il vient de terminer une conférence de presse à sa résidence privée. Il dit n’avoir pas honoré cette convocation parce que la police judiciaire a barricadé son siège. Mais il a aussi dit que c’est parce qu’il ne connaît pas les raisons, le motif pour lesquels il a été convoqué.

Jean Ping a évoqué un dernier détail : « Pourquoi m’ont-ils convoqué un vendredi, quand on sait que par expérience, toute personnalité politique convoquée le vendredi passe généralement le week-end en cellule ? »

Les autorités ont réagi par la voix du porte-parole du gouvernement. Pour Alain Claude Bilie By Nze, « il n’y a pas de jour pour convoquer les gens. Ceux qui l’ont convoqué savent pourquoi ». Le ministre de la Communication concède que c’est « le droit de Jean Ping de ne pas se présenter à la police, c’est aussi sa liberté ».

Le responsable gabonais regrette cependant que cette attitude qui est contraire à l’Etat de droit que Jean Ping promet d’instaurer s’il est élu président de la République en août 2016. « Il faut respecter les institutions », a insisté Alain Claude Bilie By Nze qui indique ne pas connaître les raisons pour lesquelles Jean Ping a été convoqué.

RFI