Jean-Félix Paganon: «Le procès de Habré n’a rien à avoir avec la Françafrique»

Il n’y a pas de «projet néo-colonialiste français » au Sénégal. L’ambassadeur de la France au Sénégal, Jean-Félix Paganon, le jure la main sur le cœur. Face à la presse hier, mardi 31 mai, pour faire ses adieux avant son départ de Dakar, au bout de sa mission, le diplomate a balayé d’un revers de main les accusations portées à l’endroit de son pays ces derniers temps. Selon nos confrères de seneweb.

La dernière en date : le « À bas la Françafrique » d’Hissène Habré qui a tonné dans la salle du tribunal qui l’a condamné à la perpétuité, lundi. « Je ne vois pas ce qu’il y a à avoir avec la Françafrique », déclare l’ambassadeur de la France à Dakar, qui recevait dans les salons de sa résidence. Pour lui, le jugement de l’ancien président tchadien traduit « la capacité des Africains à mettre en place un système de juridiction internationale ».

Autre dossier abordé : le projet d’externalisation de certains services qui pollue le front social à la Sonatel et derrière lequel d’aucuns voient les mains de la France. Réplique de Paganon : « Il faut arrêter de transformer la question de la Sonatel dans une espèce de domination de la France sur l’économie sénégalaise.

La Sonatel est un fleuron de l’économie sénégalaise. Cela n’a rien à voir avec un projet néo-colonialiste français. » Cela n’a pas empêché le diplomate d’égrener les bienfaits du projet d’externalisation dans un contexte où, détaille-t-il, « les opérateurs deviennent essentiellement des producteurs de contenus ». Troisième sujet : Total. Jean-Félix Paganon conteste l’information selon laquelle le géant pétrolier français exerce un quasi-monopole au Sénégal. « Total est très loin de dominer le marché », a-t-il déclaré.

Igfm