Saturday, July 20, 2024
AccueilA La UNELa « dé-berlinisation », premier jalon fondateur du panafricanisme- Par Amadou Tidiane...

La « dé-berlinisation », premier jalon fondateur du panafricanisme- Par Amadou Tidiane Wone

Les jeunesses africaines, d’est en ouest du Continent, et du nord au sud avec, comme en écho toutes les diasporas africaines à travers le monde, font du rêve panafricaniste l’horizon incompressible de leurs profondes aspirations. Justice est rendue à Kwame Nkrumah et à ses inspirateurs !  Justice est également rendue à tous les visionnaires qui, depuis les premières lueurs de l’aube des indépendances, avaient  entrepris de mettre sur pied l’Organisation de l’Unité africaine avec, hélas,  une tare congénitale : le principe de « l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation ». Nous payons encore le prix du manque de cohérence dans la démarche des pères fondateurs : vouloir l’Unité en consolidant la division opérée à…Berlin en 1885 ! Car, les frontières dont on parle ici sont celles tracées, arbitrairement, par les puissances coloniales,, soucieuses de la préservation de leurs intérêts, plus que du progrès et du bien-être des populations africaines. Plus de 60 ans après, le Continent dépecé,  donne l’image d’un grand corps malade qui peine à devenir l’eldorado dont ses ressources naturelles  et humaines l’autorisent à nourrir l’ambition.

Justice est rendue, aussi, à tous les martyrs des résistances africaines, à tous les leaders visionnaires et charismatiques assassinés par les officines barbouzardes qui ont écumé l’Afrique durant les premiers années des indépendances en organisant, coup d’états et révolutions de palais pour éliminer, physiquement, les dirigeants africains les plus prometteurs. Nous n’oublions rien… de Lumumba à Sankara en passant par Ben Barka, les vrais héros de l’Afrique sont ceux qui ont acquis une place dans les chants de la jeunesse africaine. Écoutez et vous entendrez…Amilcar Cabral, Félix Moumie,  Steve Biko et tant d’autres immortalisés dans les chœurs et dans les cœurs…

Alors, le moment est venu de nous concentrer sur la pose de ce premier jalon, oublié après l’accession à l’indépendance de la plupart de nos États : la déconstruction méthodique du partage de Berlin, que certains  cercles africains de prospective  commencent à élaborer sous le concept de « berlinisation » Détricoter ce qui fut crocheté  à Berlin en 1885,  pour retrouver le fil conducteur de notre histoire. Renouer avec les dynamiques socio-économiques, culturelles et économiques conformes à notre créativité et à notre ardent désir de vivre ensemble. Sortir des patchworks accolés au gré des humeurs des tailleurs de Berlin et qui ont séparé, dans plusieurs endroits, des familles consanguines avec des nationalités différentes. Ces phénomènes sont à la base de conflits permanents aux « frontières » arbitraires tracées au mépris de la réalité humaine du Continent.

 

Je parlais dans un billet précédent de la Souveraineté mentale, mère de toutes les Souverainetés. C’est par elle que nous devons engager la jeunesse africaine à effacer, dans sa tête et dans son cœur, les dissemblances artificielles entre pays africains. Les drapeaux/pays devront céder le pas au drapeau de l’union africaine qui s’est déjà imposé dans toutes nos institutions. Il faut aller plus loin et je suis de ceux qui croient, passionnément, qu’une intégration des politiques culturelles et d’éducation serait le premier levier, levain( ?) d’une intégration progressive des économies par une interconnexion des moyens de transport et de circulation des personnes et des biens !

Aux hommes de Culture et de Paix d’habiter ce rêve et de lui donner corps. Aux intellectuels et universitaires, d’engager la bataille des concepts pour modéliser la souveraineté mentale des générations montantes. Ainsi, après 60 ans d’indépendances partielles, nous pourrions semer dans la tête et le cœur de nos enfants, les graines de la liberté, la conscience d’être apte à soulever des montagnes !

A la jeunesse africaine nous disons : ne nous trompons pas de combat. Il n’y a pas de compétition entre pays africains. Le seul chantier digne d’engagement et de sacrifices, est de construire l’unité continentale par la mutualisation des ressources et le partage du bien-être. Toutes les divisions concourent à nous affaiblir au profit de ceux qui cherchent à nous dominer continuellement. « Diviser pour régner » Un principe intangible et redoutablement efficace que les puissances coloniales ont admirablement mis en œuvre sur notre continent. Avec l’occurrence des réseaux sociaux, on voit clair dans le jeu de plusieurs officines de désinformation qui envahissent diverses plateformes de fake news toxiques qu’il faut savoir décoder et désamorcer a temps. Prudence donc.

« Il n’y’a pas de destins forclos, il n’y’a que des responsabilités désertées. », aimait répéter mon ami et neveu le poètes Hamidou DIA. Il avait fichtrement raison ! Qu’Allah lui renouvelle Ses Grâces et Sa Miséricorde…

Jummah Mubaarack !

 

Amadou Tidiane WONE

info@amadoutidianewone.com

www.amadoutidianewone.com

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments