Saturday, July 20, 2024
AccueilA La UNELa Souveraineté mentale est la mère des Souverainetés- Par Amadou Tidiane Wone

La Souveraineté mentale est la mère des Souverainetés- Par Amadou Tidiane Wone

L’humanité traverse, à nouveau, une crise majeure de perspective et de sens. Les malentendus et les antagonismes entre êtres humains s’accumulent. Sans voie de sortie visible. Les haines s’attisent et s’exacerbent sans limites. Le racisme, la violence, les guerres, les génocides et le massacre de femmes et d’enfants sont devenus des séquences normales de nos journaux télévisés. L’homme est redevenu pire qu’un loup pour l’homme.  En dépit d’un discours convenu sur les droits humains et la compassion simulée de ceux qui, pourtant, tuent par millions leurs semblables, sous le regard désabusé, voire complice, de ce que l’on appelle la « communauté internationale ». Une communauté si dissemblable dans les identités qui la composent mais, et surtout, en raison des intérêts qui la divisent …

Il va falloir reprendre le dessus ! Et, pour commencer, avoir le courage de se dire un certain nombre de vérités crues : La vieille Europe, et sa prétention à régenter le monde entier, alimentée par des préconçus idéologiques datant du siècle dit des « Lumières », doit assumer une responsabilité écrasante sur la sortie des rails de la fabuleuse Histoire de l’Homme.

Depuis le 18éme siècle, l’Europe a défiguré le monde en voulant exporter partout son ordre, par des formes de violences industrielles, inconnues jusqu’ici. Elle a, pour cela, forgé les idées et les pensées pour asseoir son modèle.  Elle a commencé par légitimer la supériorité de la Raison. Sa Raison… Même, et surtout quand elle est déraisonnable ! Le Siècle dit des Lumières aura été, pour le reste de l’Humanité, le début d’une ère d’obscurantisme durant laquelle, penseurs et philosophes se sont acoquinés à une bourgeoisie aux mœurs plutôt légères pour établir un courant de pensée qui avait pour objectif de promouvoir le rationalisme et l’individualisme. Dans le contexte européen d’alors, la France devient l’épicentre, le point focal d’expérimentation d’un nouveau projet de société qui aboutira à la Révolution de 1789. Pour y parvenir, il a fallu déconstruire les fondements moraux et sociaux de la royauté et de l’Eglise, décapiter rois et hommes du clergé, rendre douteuse voire incongrue toute croyance en Dieu, et se libérer de tous les tabous qui constitueraient des digues morales infranchissables.

La déconstruction des modes de pensées, et de vie, qui donnaient une certaine part à la spiritualité et à la foi, aura eu comme effet de désacraliser les limites du convenable.  Cela aura permis, entre autres et par la suite, de justifier la traite negrière, la colonisation, les holocaustes, le travail forcé… Dans la foulée, on a entrepris de peupler le « nouveau monde » pourtant peuplé d’autochtones,  massacrés sans ménagement, en y exportant bagnards et prostituées … La conquête des Amériques,  de l’Australie et autres lieux dits « sauvages » s’est faite aux prix de meurtres et de saccages incommensurables. Une violence sourde qui se poursuit par la marginalisation systématique des autochtones ostracisés  sur leurs propres terres…

Toutes ces dynamiques, ou dérives philosophiques et culturelles donnent aujourd’hui du sens à la déviation…pornographique ( !) de la civilisation occidentale.  La place du sexe dans les débats publics en occident est à ce point centrale que l’on se demande où commence et où s’arrête la vie privée pourtant sacrée  !! Toutes ces déviations, sous le couvert de conquêtes de «  libertés »,  a eu pour lieu de gestation et d’éclosion les fameux salons du 18éme siècle. Ces endroit clos  où des esprits certes brillants, mais maléfiques à l’examen, ont conçu de nouveaux paradigmes cognitifs pour exclure toute puissance autre que le bon vouloir des humains, sans limites autres que celles dont il veut bien se doter : « ni Dieu, ni maître… »

L’Europe a un besoin impérieux de se purifier !

Notre réflexion s’engage dans cette piste pour tenter de comprendre pourquoi la France des Lumières,  qui nous a détournés de nos trajectoires historiques normales, se retrouve dans une impasse de la pensée et du renouvellement de son projet humaniste. Comment la France peut-elle réduire l’homo-sapiens, dont il faut lui reconnaître qu’elle l’a si souvent bien illustré, à …l’homo…sexualité et à sa promotion urbi et orbi ! On ne parle plus que de cela dans l’hexagone ! Un débat public imposé par des lobbies puissants et qui cherchent à s’exporter, coûte que coûte, hors des frontières françaises, et notamment vers  ce qui fut l’empire colonial, des pensées lubriques sans valeur ajoutée pour le progrès de l’Humanité … Par des manœuvres subtiles et,  de plus en plus violentes au plan intellectuel, les élites françaises héritières des Salons du 18ème siècle, cherchent à garder la main sur nos esprits et à orienter nos vies, pourtant privées, à leur guise. Nos esprits ? Plutôt nos croyances ainsi que les parties basses et malodorantes de nos corps !  Une entreprise de la dernière chance pour pourrir, définitivement, nos cœurs et domestiquer nos esprits. Afin de mieux s’empiffrer de nos richesses, au culte de l’idolâtrie des biens terrestres.

Et dire qu’ils étaient venus nous civiliser !

Ah ! Combien j’en veux à ceux qui ont conçu les programmes scolaires des pays africains ! Pour nous avoir imposé Diderot, Voltaire,  esclavagistes notoires, actionnaires de compagnies de navigation qui affrétaient les cargos esclavagistes qui feront la fortune des grands ports français ! Montesquieu,  Rousseau et tant d’autres auteurs qui, par leurs écrits, ont contribué au formatage à la soumission consentie de nos élites. Insufflé par le truchement des manuels scolaires et autres proses condescendantes, un poison s’est longuement et pernicieusement glissé dans nos têtes crépues. Avec comme objectif de subjuguer nos élites et de les rendre admiratives du modèle social français et européen. Et, jusqu’à nos jours ces scories de la pensée occidentale encombrent encore plusieurs de nos manuels, mais surtout hantent les esprits de nos élites francisées.

Mais il y’a une date de péremption pour tout ! Et les jeunesses africaines semblent, de plus en plus, retrouver la Souveraineté mentale sans laquelle point de Souveraineté ! Il est temps de forger de nouveaux socles de pensées nouvelles, décomplexées, pour alimenter et éclairer l’exigence de changement des générations montantes. Les matériaux existent.  Disparates et bruts. Il s’agit de les assembler dans un cadre logique avec, comme ambition et comme volonté,  de nous libérer définitivement de toute tutelle mentale, culturelle, politique et économique !  Sortons de nos zones de confort intellectuel pour nous réinventer un présent et un avenir à la mesure de ce que fut l’Afrique et qu’elle doit redevenir… En mieux ! Car, bien évidemment, notre histoire précoloniale, pour prestigieuse qu’elle fût, a produit des dérives telles que construire sur ses ruines a été aisé… Une admiration béate d’un passé révolu n’est donc pas mon sujet. Mais, vivre son temps, avec les forces spirituelles et morales de nos identités fondamentales, me semble une option de résistance indispensable pour éviter la déchéance programmée du monde.

Corriger le biais cognitif de l’intellectuel francisé, le guérir de l’acculturation et lui ouvrir les yeux sur d’autres réalités et des Savoirs qui échappent au périmètre du matérialisme triomphant, voilà un défi à relever par ceux qui ont acquis la certitude de l’existence de plusieurs mondes dont le nôtre est la plus petite portion, sur la plus petite planète du système solaire…

Comprenne qui voudra !

La Souveraineté mentale est la mère de toutes les Souverainetés ! Elle ne se décrète pas. Elle s’assume et s’impose.

Libérons-nous… Et osons !

Amadou Tidiane WONE

info@amadoutidianewone.com

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments