Sunday, May 26, 2024
AccueilA La UNELe Mexique, premier partenaire commercial des États-Unis

Le Mexique, premier partenaire commercial des États-Unis

Au premier semestre 2023, les États-Unis ont importé pour 236 milliards de dollars de biens du Mexique. Un record qui place désormais le pays en tête des fournisseurs de la première économie mondiale, devant le Canada (210 milliards de dollars) et la Chine (203 milliards).

“La nouvelle “guerre froide” (entre la Chine et les États-Unis) constitue une opportunité commerciale, et le Mexique semble mieux placé que tous les autres pays ou presque pour la saisir. Jamais depuis la signature de l’accord de libre-échange nord-américain [Alena], dans les années 1990, le pays n’a exercé un tel attrait auprès des investisseurs, constate Bloomberg.

“Outre le bond enregistré par ses exportations, le Mexique détient la monnaie qui s’est montrée cette année la plus forte du monde [face au dollar] et l’un des marchés boursiers les plus performants.” Par ailleurs, depuis le début de l’année, les investissements directs étrangers ont augmenté de plus de 40 %, avant même que Tesla ne commence à construire à Monterrey, dans le nord du pays, une gigantesque usine qui devrait coûter près de 5 milliards de dollars et créer sur place quelque 35 000 emplois.

De nombreux obstacles à surmonter

Au total, plus de trente fournisseurs de Tesla se sont déjà délocalisés dans l’État du Nuevo León depuis que l’industriel a annoncé son projet. “Mais il ne s’agit pas seulement de Tesla. D’autres constructeurs automobiles, dont General Motors, Kia Motorss, et BMW, ont annoncé qu’ils allaient investir au Mexique pour produire des véhicules électriques”.

Les marques d’électronique et d’appareils électroménagers sont quant à elles en train d’investir le centre du pays, alors que dans l’Ouest, près de la frontière avec la Californie, les secteurs de l’aérospatiale et du plastique sont en plein boom.

Des milliards de dollars sont donc en train d’affluer vers le Mexique, qui semble connaître son “moment”. Mais le pays saura-t-il durablement tirer profit des opportunités ? s’interroge le média états-unien. Au cours des trente dernières années, “même un accord commercial avec la plus grande économie du monde n’a pas permis de sortir le Mexique de l’ornière”.

Depuis 1994, date d’entrée en vigueur de l’Alena, la croissance du pays a été en moyenne d’environ 2 % par an, “bien en deçà de la moyenne des économies en développement et loin d’être suffisante pour sortir des millions de Mexicains de la pauvreté a”. Au fil d’une enquête fouillée, le média américain détaille “les nombreux obstacles, anciens ou nouveaux, qui pourraient mettre un terme au boom actuel”.

Avec Courrier International

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments