Sunday, May 26, 2024
AccueilA La UNELes États-Unis sanctionnent les frères libanais Rahmé pour corruption

Les États-Unis sanctionnent les frères libanais Rahmé pour corruption

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor des États-Unis a annoncé mardi avoir imposé des sanctions contre deux frères libanais, Raymond Zina Rahmé et Teddy Zina Rahmé, accusés d’avoir “utilisé leur richesse, leur pouvoir et leur influence pour se livrer à des pratiques de corruption qui contribuent à l’effondrement de l’État de droit au Liban”, peut-on lire dans un communiqué.

“L’action entreprise aujourd’hui souligne l’engagement des États-Unis à faire la lumière sur les actes de corruption qui continuent d’avoir un impact injuste sur le peuple libanais”, a déclaré Brian Nelson, sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, dans un communiqué. “Aujourd’hui plus que jamais, le gouvernement libanais doit mettre en œuvre les réformes économiques et politiques dont il a désespérément besoin”, a-t-il ajouté.

Raymond Zina Rahmé et Teddy Zina Rahmé sont accusés d’avoir utilisé des sociétés sous leur contrôle pour remporter de nombreux contrats gouvernementaux libanais par le biais d’un “processus d’appel d’offres public très opaque”. “Alors que le peuple libanais est confronté à une détresse économique importante, à une grave crise énergétique et à un dysfonctionnement politique sans précédent, les frères Rahmé ont utilisé leur empire commercial et leurs relations politiques pour s’enrichir aux dépens de leurs concitoyens”, poursuit le communiqué du Trésor américain.

Selon le Trésor, “les frères et les hommes d’affaires avaient obtenu en 2017 un contrat de sous-traitance pour importer du carburant destiné à Électricité du Liban (EDL), et pour importer du carburant au nom du ministère libanais de l’Énergie et de l’Eau, dans le cadre d’une procédure d’appel d’offres dont il a été largement rapporté qu’elle était entachée de corruption”. “Pendant la durée du contrat, les frères Rahmé ont importé du fioul contaminé, causant des dommages considérables aux centrales électriques libanaises, rapporte le Trésor US. “Les frères Rahmé, par l’intermédiaire de leur société ZR Energy DMCC basée aux Émirats arabes unis, ont écoulé leur produit dangereusement compromis en le mélangeant à d’autres combustibles”, ajoute encore le Trésor US. “Pendant que les frères Rahmé s’enrichissaient grâce à ce stratagème, le peuple libanais souffrait et l’infrastructure du pays se détériorait davantage. Les centrales électriques dans tout le Liban ont connu de plus en plus de dysfonctionnements et les coupures d’électricité quotidiennes se sont multipliées”, dénonce-t-il enfin.

Proximité avec les Marada

Originaires du Nord-Liban, Teddy et Raymond Rahmé entretiennent des relations avec une bonne partie de la classe politique libanaise. Teddy est connu pour être plutôt proche des Forces libanaises. Son frère est quant à lui proche de Sleiman Frangié, le chef des Marada, qui a publiquement affirmé à plusieurs reprises son “amitié” à l’égard de l’homme d’affaires. Ces sanctions interviennent à un moment où le tandem Hezbollah-Amal, mais aussi la France, appuient la candidature de Sleiman Frangié à la présidentielle.

Les deux milliardaires ont fait fortune en Irak et se sont fait connaître du grand public à la suite du scandale “du fuel défectueux” livré à EDL. En 2020, la justice libanaise s’était saisie de l’affaire du ce fuel non conforme aux standards requis. Les plaintes avaient été initiées par le Courant patriotique libre, dirigé par Gebran Bassil, opposant politique de Sleiman Frangié. A l’époque, des actes d’accusation avaient notamment été lancés contre les entreprises ZR Energy et ZR DMCC et le directeur de ZR Energy Teddy Rahmé était poursuivi pour fraude et blanchiment d’argent. Le chef des Marada avait alors critiqué la justice.

Suite à ce scandale, la compagnie publique algérienne Sonatrach a fait part au gouvernement libanais de son refus de prolonger son contrat pour l’exportation de fuel, que le cabinet de Hassane Diab souhaitait initialement renouveler.

A la fin du mois de mars, le Département du Trésor a imposé des sanctions contre les narcotrafiquants libanais les Nouh Zeaïter et Hassan Dekko, pour trafic de Captagon, une amphétamine. Les États-Unis imposent souvent des sanctions à de nombreuses personnes ayant des liens présumés avec le Hezbollah, mais aussi à des politiciens libanais de haut rang comme le chef du CPL Gebran Bassil et le député du mouvement Amal Ali Hassan Khalil, accusés de corruption.

Avec L’Orientlejour

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments