Thursday, December 1, 2022
AccueilACCUEILNigeria : les manifestants de 2020 impatients de s'exprimer dans les urnes

Nigeria : les manifestants de 2020 impatients de s’exprimer dans les urnes

Deux ans après avoir reçu une balle dans la jambe lors d’une manifestation pacifique à Lagos, la capitale économique nigériane, Samuel Ashola attend l’heure de s’exprimer dans les urnes, comme de nombreux autres jeunes en colère.

nombreux jeunes Nigérians ayant participé aux plus grandes manifestations de l’histoire moderne du pays ont été traumatisés par les tueries dans l’Etat de Lagos en octobre 2020, lorsque les forces de sécurité ont violemment dispersé la foule qui réclamait une meilleure gouvernance .

Les manifestations contre le pouvoir avaient débuté pour dénoncer les brutalités policières, un mouvement baptisé #EndSARS ( “en finir avec la SARS” ), du nom d’une unité spéciale de la police accusée depuis des années de racket, de torture et même de meurtre.

 

Ce mouvement avait pris fin quand l’armée et la police avaient ouvert le feu le 20 octobre 2020 au péage de Lekki à Lagos, lieu de rassemblement emblématique des contestataires.

Amnesty International a affirmé qu’au moins dix manifestants pacifiques avaient été tués au péage, ce que le gouvernement fédéral dément. Fin 2021, une commission d’enquête indépendante a conclu que la répression le soir du 20 octobre 2020 à Lagos s’apparentait à un “massacre”.

Pour tous ceux présents ce jour-là, et les nombreux autres à avoir suivi les événements sur internet, ce fut un moment de prise de conscience politique , qui pourrait se répercuter dans les résultats de la présidentielle.

Avec africanews

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments