Monday, June 17, 2024
AccueilA La UNEProcessus électoral : plusieurs organisations de la société civile interpellent la CENA

Processus électoral : plusieurs organisations de la société civile interpellent la CENA

La conduite du processus électoral en direction de l’élection présidentielle du 25 février 2024 ainsi que les menaces sur les libertés publiques nous préoccupent au regard des restrictions de tous ordres à l’endroit des acteurs politiques ou partis d’opposition et des violations de la loi électorale par le Ministère de l’intérieur chargé, à travers les services centraux de la Direction de l’automatisation des fichiers, de la gestion du fichier général des électeurs. En effet, en dépit d’une décision de justice ordonnant la réintégration de Mr. Ousmane Sonko sur les listes électorales, le Ministère de l’intérieur refuse d’appliquer la dite décision défiant l’autorité judiciaire et violant par la même occasion les dispositions de l’article L.47 – alinéa dernier qui rendent immédiatement exécutoire une telle décision de justice. De plus, est-il besoin de rappeler qu’en vertu des articles 36 74-2 de la loi organique sur la Cour Suprême, le pourvoi en matière de contentieux sur l’inscription sur les listes électorales n’est pas suspensif. Sur un autre plan, les visites de proximité et autres manifestations des leaders de l’opposition dans le cadre de la collecte des parrainages sont systématiquement interrompues, voir interdites au moment où le candidat de la majorité sillonne librement le pays en organisant meetings et caravanes. Cette situation qui engendre une discrimination en faveur de certains acteurs politiques n’est pas de nature à permettre l’organisation d’une élection libre, inclusive, transparente et apaisée. C’est pourquoi, nous, membres de la plateforme SOS/PAIX élargie à d’autres organisations de la société civile signataires de la présente déclaration, prenant la pleine mesure des risques qui planent sur l’organisation de l’élection présidentielle, exigeons du Ministère de l’intérieur et particulièrement de l’administration : Le respect de la loi ; Une neutralité sans équivoque dans la gestion du processus électoral ; Une impartialité sans faille à l’endroit des candidats ; Interpellons par la même occasion la Commission électorale nationale autonome, pour qu’elle assume ses responsabilités en vue d’assurer le bon déroulement du processus électoral conformément à sa mission de contrôle et de supervision des opérations électorales ; Demandons à l’administration de s’abstenir de tous actes et attitudes remettant en cause sa neutralité et portant un sérieux coup à la confiance des acteurs politiques ; Invitons la Direction générale des élections à rendre public les informations sur chaque étape du processus électoral ; Recommandons enfin à l’administration et aux institutions de régulation de veiller à l’intégrité et à la transparence du processus électoral, gage d’une élection libre, crédible, apaisée et inclusive à laquelle nous restons fermement attachés.

Fait à Dakar le 24 octobre 2024 Les organisations signataires : 1. COSCE 2. PF/ANE 3. RÉSEAU SIGGIL JIGGEN 4. PACTE 5. ONG 3D 6. RADDHO 7. LSDH 8. URAC 9. GRADEC 10. ARTICLE 19 SÉNÉGAL ET AFRIQUE DE L’OUEST 11. OSIDEA 12. HANDICAP FORM EDUC 13. CERAC 14. FORUM SOCIAL SÉNÉGALAIS 15. AFRIKAJOM CENTER 16. ENDA GRAF SAHEL 17. DIALOGUE CITOYEN 18. CONASUB 19. PLATEFORME DE VEILLE DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ « EUTU JAMM » 20. PRÉSENCE CHRÉTIENNE 21. VISION CITOYENNE
RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments