Une exilée ivoirienne rentrée au pays

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) de l’ONU tente de trouver des solutions durables au rapatriement d’exilés rentrés au pays.

Selon le HCR, près de 300 000 Ivoiriens ont pris le chemin de l’exil au début de la crise post-électorale qui a déchiré la Côte d’Ivoire en 2011. Annick Ablavi Soumahoro fait partie des exilés rentrée du Togo où elle s’était réfugiée pendant 3 ans.

Environ 55 000 Ivoiriens vivent encore en exil dans les pays limitrophes – dont majoritairement au Libéria – depuis la crise qui a vu partir le président déchu Laurent Gbagbo.

Annick habite maintenant au quartier populaire d’Abobo, dans la région Nord d’Abidjan. Cette mère de famille de 39 ans vit dans une petite habitation en bois avec ses quatre enfants âgés de 4 à 14 ans.

L’exil

La famille a dû fuir la Côte d’Ivoire à pied, en traversant le Ghana avant d’atteindre le Togo.
Arrivée sur place, c’est le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU qui lui a permis de survivre, elle et sa famille.

En 2015, le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé les Ivoiriens à rentrer “sans crainte”, pour prendre part à la construction du pays.

“Rentrez dans la République, et nous vous trouverons de l’emploi”, avait souligné le chef de l’Etat, Annick y a cru, et a pensé qu’elle bénéficierait d’aide aux logements. Mais elle a vite déchanté.

Le retour

Revenue en côte d’Ivoire il y a presque deux ans, Annick a dû tout reconstruire. Avant de fuir le pays, elle avait un atelier de couture bien placé et son mari possédait un magasin de pièces détachées.

Aujourd’hui, elle fait vivre sa famille avec son atelier de couture. Son mari peine à trouver un travail fixe. Elle a bénéficié de l’aide du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU, qui lui a octroyé 350.000 Francs CFA avec lesquels elle a pu trouver un logement et acheter une machine à coudre.

Lorsque le propriétaire a augmenté le loyer, elle était contrainte de vivre, dans son atelier de couture de 10 m2 sans eau ni électricité.

Entre temps, elle a trouvé un petit logement délabré non loin de son atelier où elle doit parfois chasser quelques serpents.

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU organise une réunion jusqu’à jeudi pour trouver des solutions durables au rapatriement volontaire des réfugiés ivoiriens.

bbc