Monday, May 20, 2024
AccueilOpadArticle d'opinion communautaire : ce dont nous avons besoin d'Albany

Article d’opinion communautaire : ce dont nous avons besoin d’Albany

La ville de New York est tout au sujet de ce qui est possible. C’est un endroit où vous pouvez démarrer une entreprise, élever une famille et faire une différence. Notre administration a pris ses fonctions dans le but de maintenir ce rêve américain vivant en protégeant la sécurité publique, en reconstruisant notre économie et en rendant notre ville plus vivable pour les New-Yorkais ordinaires. Je me suis rendu dans notre capitale la semaine dernière dans le but de faire avancer cette vision.

Nous avons élaboré un programme visant à faire progresser les familles de la classe ouvrière en prolongeant pour quatre ans la responsabilité du maire sur nos écoles publiques, en accordant à la ville le pouvoir de fermer les fumoirs illégaux et en créant des logements plus abordables. Enfin, nous avons souligné les défis fiscaux de la ville, notamment le financement public des demandeurs d’asile et l’augmentation du plafond d’endettement de la ville de New York.

Les écoles publiques de la ville de New York ouvrent la voie dans l’État de New York et dans tout le pays en raison de la responsabilité du maire. Grâce à la responsabilité du maire, nous avons pu lancer New York City Reads, un programme d’études de pointe qui enseigne à nos enfants les bases de la lecture. C’est plus qu’un changement de programme : c’est une révolution en matière de lecture. Et la gouverneure Hochul a annoncé qu’elle suivait notre modèle et appliquait notre approche à chaque district scolaire de l’État. Nous sommes également devenus la première ville du pays à dépister la dyslexie chez chaque enfant afin de s’assurer qu’aucun enfant ne passe entre les mailles du filet, comme j’ai failli le faire en tant que jeune enfant dyslexique non diagnostiqué.

La responsabilité du maire nous a permis de remporter d’innombrables victoires : des programmes doués et talentueux dans chaque quartier, des professionnels de la santé mentale à plein temps pour chaque école, devançant l’État en lecture et en mathématiques tout en réduisant les disparités raciales, et bien plus encore. Avant la responsabilisation du maire, les taux d’obtention de diplômes d’études secondaires stagnaient à 50 pour cent – ​​ils dépassent désormais 80 pour cent. Encore une fois, tout cela est possible grâce à la responsabilité du maire. Si Albany ne parvient pas à étendre la responsabilité du maire, nous risquons de voir les résultats aux tests et les taux d’obtention de diplôme chuter.

De plus, les New-Yorkais devraient pouvoir se promener dans nos rues sans se soucier des fumoirs illégaux vendant du cannabis à nos enfants. Le cannabis légal reste le bon choix pour notre ville et notre État, mais les New-Yorkais en ont assez de ces vitrines illégales et de leurs pratiques commerciales illégales. Nous avons demandé à Albany de nous accorder le pouvoir d’inspecter et de fermer définitivement ces magasins.

Reconstruire notre économie signifie créer des logements que les New-Yorkais de la classe ouvrière peuvent se permettre. Notre administration joue son rôle et devient une ville du oui – « oui » à la construction accrue dans nos cours, nos quartiers et partout ailleurs. Maintenant, Albany doit jouer son rôle. Nous réclamons un nouvel incitatif fiscal pour le logement abordable ; une voie pour légaliser les appartements sûrs et existants en sous-sol et en cave ; des incitations à la conversion de bureaux ; et lever le plafond de densité pour les nouvelles constructions. Ces mesures nous permettront de construire des logements plus abordables dont la classe ouvrière new-yorkaise a un besoin urgent.

Enfin, la ville de New York est fière de perpétuer son héritage de ville d’immigrants. Et nous sommes fiers d’avoir fait preuve de leadership et de compassion, alors que tant d’autres n’ont fait preuve que de cruauté. Nous avons aidé des dizaines de milliers de personnes à déposer des demandes de statut de protection temporaire, d’asile et d’autorisation de travail, les rapprochant ainsi d’une vie plus stable. Cependant, à l’heure actuelle, plus de 66 000 demandeurs d’asile sont toujours pris en charge par la ville.

Si l’on y ajoute les plus de 55 000 New-Yorkais de longue date pris en charge par la ville, cela signifie que nous avons près de trois fois plus de personnes dans notre système de refuges qu’à notre arrivée au pouvoir. Même si nous apprécions l’engagement pris par le gouverneur l’année dernière de couvrir un tiers des coûts des demandeurs d’asile de la ville, cet engagement reposait sur le principe que la ville, l’État et le gouvernement fédéral partageraient les coûts en trois parties. Nous demandons à nouveau à l’État d’augmenter son engagement et de couvrir au moins 50 pour cent des coûts des New-Yorkais. Ensuite, pour répondre aux besoins permanents en capitaux, nous demandons à l’État d’augmenter la capacité d’endettement de la ville. Tous ces investissements financiers nous permettront de continuer à investir dans des rues plus propres et des espaces publics accueillants qui profitent à tous les New-Yorkais.

Notre administration a hâte de transformer notre programme en réalité et de travailler avec nos collègues d’Albany pour améliorer la vie des New-Yorkais quotidiens, aujourd’hui et pour les générations à venir.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments