Biens mal acquis: la traque qui a fait pschitt, selon Jeune Afrique

Le magazine hebdomadaire Jeune Afrique, paru ce lundi 04 juillet, y est allé de son article sur le dénouement de l’affaire Karim Wade finalement gracié par le Président Macky Sall après une traque partie sur les chapeaux de roue.

« Priorité du régime de Macky Sall, la traque des biens mal acquis s’essouffle. Dernier rebondissement en date : la libération, le 24 juin, de Karim Wade, à la faveur d’une grâce présidentielle. Quarre ans après le début de l’enquête, le bilan laisse perplexe… », commence par dire JA qui se demande du reste si l’administration Sall n’aura pas fait « beaucoup de bruit pour rien ? ».

JA qui rappele qu’élu en mars 2012, Macky Sall « ne portait pas en sautoir, pendant sa campagne, l’intention de nettoyer les écuries d’Augias de la mauvaise gouvernance », de faire remarquer queu milliard (1,05) d’euros constituant le patrimoine que Karim Wade était sommé de justifié en 2013, on est arrivé à 1 d78 millions d’euros, soit une estimation revue à la baisse de son patrimoine en juillet 2014 à l’ouverture de son procès. Le ministre de la Justice indiquera, plus tard, rappelle JA, que l’Etat a recouvré au moins 50 milliards de francs CFA, soit environ 76 millions d’euros. Encore moins que la révision de l’estimation.

Cette affaire ayant la fin que l’on connaît, JA de se demander comment Karim Wade, Bibo Bourgi, condamnés à payer chacun 210 millions d’euros, vont-ils s’acquitter de leurs peines financières alors que leurs biens et comptes bancaires ont été confisqués ou placés sous séquestre ?