Tuesday, July 23, 2024
AccueilACTUALITEEnd Sars : Ces femmes nigérianes à la tête de la lutte...

End Sars : Ces femmes nigérianes à la tête de la lutte pour le changement

Rinu Oduala a 22 ans et ne cache pas ses sentiments : le gouvernement nigérian se sent tellement menacé par elle que son compte bancaire a été gelé.

Elle fait partie des dizaines de milliers de jeunes Nigérians, dont de nombreuses femmes, qui ont marqué l’histoire avec les manifestations qui ont secoué le pays en octobre dernier contre la brutalité policière.

Mme Oduala a été l’une des premières à descendre dans la rue après la diffusion d’une vidéo montrant un homme qui aurait été tué par la tristement célèbre Brigade spéciale de lutte contre le vol (Sars), ce qui a déclenché ce que l’on a appelé les manifestations EndSars.

Le 7 octobre, elle a installé un campement devant le bureau du gouverneur de Lagos, demandant la dissolution de l’unité de police.

En tant que stratège média, elle a su rallier de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux pour qu’ils la rejoignent – en rassemblant des couvertures pour les personnes qui ont fini par dormir devant les bâtiments du gouvernement de l’État pendant 72 heures avant que la police ne les attaque.

Avec ses 172 000 followers sur Twitter, elle est l’une des nombreuses femmes qui ont secoué l’establishment nigérian au cours des six dernières semaines. Son activisme EndSars a permis à son compte Twitter d’obtenir le badge bleu de certification.

Aujourd’hui, elle fait partie d’un panel à Lagos qui siège dans le cadre d’une enquête judiciaire sur les abus de la police – l’une des principales demandes des manifestants après que le président a dissous l’unité.

Mais elle s’inquiète pour sa sécurité et fait partie des 20 organisateurs de manifestations qui ont vu leurs comptes bancaires gelés par la banque centrale au début du mois de novembre.

“Il est décourageant que notre bonne intention de mettre fin à la brutalité policière nous fasse être étiquetés comme terroristes”, déclare-t-elle à la BBC.

La banque centrale dit qu’elle a demandé une ordonnance du tribunal pour bloquer les comptes pendant 90 jours afin de découvrir l’origine des fonds disponibles.

Mme Oduala dit que ses avocats contestent l’ordonnance.

Ce n’est que le début

Une autre militante de EndSars – l’avocate Modupe Odele – s’est vu confisquer son passeport le mois dernier.

Elle avait proposé une aide juridique aux personnes arrêtées pendant les manifestations.

Et la semaine dernière, le site web de la Coalition féministe – un groupe créé par une dizaine de femmes en juillet pour lutter pour l’égalité des sexes, qui est devenu actif pendant les manifestations de EndSars – a été bloqué à l’intérieur du Nigéria et on ne sait pas qui était derrière ce geste.

Pendant les manifestations, l’organisation non gouvernementale a recueilli 385 000 dollars grâce au financement participatif et a dépensé une partie de l’argent en services juridiques pour les manifestants qui ont été arrêtés, pour payer les soins de santé des blessés, pour assurer une sécurité privée aux points de rassemblements et pour les rafraîchissements quotidiens.

Le groupe affirme que le reste des fonds doit être utilisé pour fournir un soutien, y compris des conseils en matière de santé mentale, aux victimes de brutalités policières et aux familles de ceux qui sont morts.

Il espère également parrainer un mémorial pour les personnes tuées par la police.

“Ce n’est que le début d’un réveil de la jeunesse au Nigeria, de ce que nous pouvons faire pour améliorer le pays”, indique -t-elle à la BBC Fakhrriyyah Hashim, co-fondatrice de Feminist Coalition.

“Nous continuerons à le faire, en particulier dans la vie des femmes”, ajoute-t-elle.

Le Nigeria est peut-être une société très patriarcale, mais les femmes ont toujours réclamé des changements, notamment pendant la lutte anticoloniale.

Le pouvoir d’organisation des femmes en première ligne de EndSars ne devrait donc pas surprendre les autorités.

Pour en savoir plus sur les protestations #EndSars

En 1929, les émeutes des femmes d’Aba – également appelées “guerre des femmes” – ont été déclenchées par des plans visant à taxer les femmes des marchés du Sud.

Pendant deux mois, des milliers de femmes ont participé aux manifestations qui ont vu les magasins et les banques coloniales attaqués et les tribunaux incendiés. Finalement, les administrateurs coloniaux ont fait marche arrière.

Dix-huit ans plus tard, Funmilayo Ransome-Kuti, mère de la célèbre star de l’afrobeat Fela Kuti, a réussi à mobiliser des milliers de femmes contre la proposition de taxer davantage les petits commerçants.

Surnommée la lionne de Lisabi, elle est devenue une avocate convaincue du droit de vote des femmes et une figure importante de la lutte pour l’indépendance.

Les quelque 20 000 femmes qui ont rejoint son Union des femmes d’Abeokuta étaient connues pour leur persévérance, n’abandonnant jamais avant d’avoir atteint leur but.

“L’histoire du Nigeria a vu beaucoup de femmes se battre et faire pression pour leurs droits. Ces batailles que des femmes fortes ont menées avant nous ont été minimisées”, dit Ndi Kato, une militante pour l’égalité des sexes qui a participé aux manifestations de EndSars.

L’épine dorsale de EndSars

Personne ne le sait mieux qu’Aisha Yesufu, co-fondatrice du mouvement Bring Back Our Girls, qui travaille depuis six ans pour sauver les écolières enlevées à Chibok par les militants islamistes de Boko Haram.

Elle faisait partie des manifestants de EndSars qui ont été gazés au lacrymogène par la police dans la capitale, Abuja.

Mais elle n’a pas fui les combats et son image de défi est devenue plus tard l’un des symboles du mouvement EndSars.

Selon Mme Yesufu, il n’est pas surprenant que les femmes soient devenues l’épine dorsale des manifestations de EndSars.

“Les femmes ont toujours été celles qui font avancer les choses. Tout mouvement qui a conduit à un changement a toujours été mené par des femmes”, me dit-t-elle.

“La manifestation EndSars est allée aussi loin qu’elle l’a fait en raison du rôle que les femmes ont joué. Surtout la Coalition féministe, ces femmes étaient extraordinaires. Leur coordination était impressionnante”.

Impossible à arrêter

Mme Kato dit que ce n’est pas la fin du chemin : “le fait que les jeunes réorganisent leur stratégie, retournent à la case départ et cherchent plusieurs moyens de faire entendre leur voix ne signifie pas que nous avons cessé de protester”.

Les femmes ont montré pendant EndSars comment elles peuvent utiliser à la fois les médias sociaux et les stratégies hors ligne pour faire entendre leur voix – ce que Mme Yesufu dit qu’elles devraient utiliser à leur avantage dans la lutte pour l’égalité des sexes.

“Les femmes devraient regarder au-delà du féminisme pour se tourner vers le pouvoir des femmes. Il est temps de nous mettre à l’endroit où nous devons être. Nous devons arrêter de demander à être invitées à la table, nous devons créer la table”, a-t-elle déclaré.

“Il est temps pour toute femme qui a envie d’entrer en politique de le faire sans regarder en arrière. Nous ne devons pas douter de nous-mêmes. Prenons notre place et ne nous en excusons pas”.

Mme Oduala convient que le combat va continuer.

“L’avenir des femmes est prometteur parce que nous avons tous vu ce que nous pouvions faire, donc si les femmes décident de faire quelque chose pour elles-mêmes ou pour leur communauté, elles seront invincibles”.

BBC

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments