Monday, July 15, 2024
AccueilACCUEILFesnac 2023- Le slameur Ksi Akapena rue dans les brancards et...

Fesnac 2023- Le slameur Ksi Akapena rue dans les brancards et dénonce: la directrice du centre culturel de Ziguinchor livre sa part de vérité

La 11ème édition du Festival national des arts et cultures (Fesnac), est prévue du 21 au 28 janvier 2023 dans la région de Kaffrine. En effet, la phase de sélection de groupes devant désigner les 14 régions du Sénégal à Kaffrine a été clôturée. Mais, à Ziguinchor, on joue toujours les prolongations. Le slameur Marcel Cassien Badji alias Ksi Akapena remet en cause la manière dont les auditions pour le Fesnac se sont passées dans cette région. L’artiste dénonce “des faits” et dit avoir été victime de “certaines injustices”.at-il déclaré. Poursuivant, il explique : “A 9 heures, nous étions déjà sur place et les activités ont démarré vers midi ce qui est déplorable. Nous ations les premiers à passer. Nous avons préparé cette audition avec nos propres moyens, fait appel à des musiciens et des danseuses pour nous accompagner. On devait remplir toutes les conditions pour pouvoir séduire le jury qui note sur l’appréciation du thème, la maîtrise des instruments, la qualité vocale des chanteurs, le contenu des chansons, l’harmonie entre les voix et les instruments, les costumes et l “Occupation de l’espace et nous pensons que nous avons pu respecter toutes ces appréciations”, avoue le slameur.

L’autre “injustice” que déplore Ksi Akapena, concerne le groupe qui l’a accompagné dans le concours : “Nous avons travaillé avec eux dans ce concours et à notre grande surprise, ce groupe qui n’avait aucunement l’intention de se présenter s’est produit deux jours après l’audition”, at-il révélé se demandant “comment peut-il les accompagner et se présenter en même temps”. “Il y’a anguille sous roche. C’est un privilège que ce groupe a eu même parmi tant d’autres. Ce groupe nous a envoyé des audios pour qu’on les accompagne dans la traduction de leur texte et nous l’avons fait et un de nos musiciens même les a accompagnés”, renseigne-t-il. ” comment le centre culturel peut-il valider leur candidature alors qu’
Ce dernier tient à rappeler qu’il n’est pas en train de contester les résultats du jury mais, précise-t-il, “on a subi une injustice que nous sommes en train de dénoncer”.
“La directrice a confiance à son agent mais pas au groupe partenaire avec qui elle a eu à travailler”, argumente le slameur. “La directrice avait le devoir de nous appeler mais celà n’a pas été fait. Elle a pris part. Dans un panel qui regroupe des acteurs culturels de Ziguinchor, nous avons posé le débat et il y a eu beaucoup de réactions.On nous a attaqués là-bas et nous avons répondu et la directrice a reagi pour dire que nous sommes acharnés sur son agent et proféré des menaces mais nous avons répondu avec beaucoup de respect lui rappelant les faits et jusqu’à présent, ils n ‘ont pas donné suite à cette affaire”, at-il regretté.  

Ksi Akapena déplore également la constitution du jury : “dans un jury de musique, on cherche des personnes aguerries, des musiciens ou bien des personnes qui ont été formées dans ce sens et qui connaissent comment se passe la musique pour pouvoir donner leur appréciation mais dans ce jury il y avait une personne qui a fait l’école des beaux-arts, étant un animateur mais l’autre est chorégraphe et un autre est un metteur en scène. Celui qui est à l’origine de nos problèmes s’appelle Habib Coly et nous avons souhaité avoir les preuves qui démontrent qu’il est un musicien et quelles sont les œuvres qu’il a eu à produire qui démontrent qu’il est musicien. un musicien. Nous avons voulu avoir toutes ces preuves pour savoir s’il est vraiment un musicien et ces différentes questions n’ont pas eu de réponse jusque là”, at-il dit.

Jointe par Sunuafrik radio, la directrice du centre culturel régional de Ziguinchor qui a été pointée du doigt par Marcel Cassien Badji a donné sa version des faits. “La première a choisi qu’il a eu à déplorer c’est l’absence de sa photo dans le groupe du centre culturel lors du démarrage des auditions. Il a contacté le chargé de la communication du centre culturel ce dernier qui s’estexcusé, lui a expliqué que c’était juste à titre illustratif pour montrer qu’on a activé les auditions. D’ailleurs les gens dont les photos sont sur la page n’ont même pas été sélectionnés. Il a commencé à envoyer des messages au chargé de la communication qu’il a traité de tous les noms mais ce dernier n’a pas reagi. Il a préféré me saisir pour que je parle à Akapena. Quaund je l’ai eu, je lui ai dit que je lui concède ce qu’il dénonce mais pour les photos c’était juste pour annoncer le démarrage des auditions et que c’était des images de gens qui ont eu à prester. Nous n’avons même pas donné le nom des groupes”, a fait savoir Mme Ndeye Marianne Diop, directrice du centre culturel de Ziguinchor. “Malgré cela il a continué à se plaindre au niveau du groupe Whatsapp de la fédération des acteurs culturels et les gens lui ont demandé d’arrêter ce qu’il fait et qu’il était en train de nuire à une institution par rapport à des ambitions personnelles”, a expliqué Mme Diop qui rappelle, dans la foulée, que la candidature d’Akapena qui est un slameur a été accepté nonobstant l’esprit du Fesnac “qui est de la pure tradition”. en fait pas partie mais comme il est venu avec un groupe ont l’auditionné parce que c’est son droit le plus absolu. Même le groupe qui l’a accompagné, il l’a attaqué parce qu’il s’est également présenté”, note-t-elle.

Pour ce qui est des membres du jury, elle s’assure qu’ils sont tous des hommes du sérail qui ont été choisis en toute impartialité et que “le monsieur en question il est un chorégraphe”. “Le jury est composé d’un chorégraphe, d’un animateur culturel et d’un metteur en scène et depuis que le Fesnac est là, ce sont ces gens qui s’en occupent, je ne les ai même pas choisis, je viens d’arriver”, at-elle ajouté.

Abondant dans le même sens, Djibril Goudiaby, coordonnateur des culturels de Ziguinchor, trouve que les auditions ont été faites dans les règles de l’art : “je ne suis pas un employé du centre culturel, je suis juste le représentant des acteurs culturels , mais j’ai participé à tout le processus des auditions du Fesnac et ils les ont fait de façon démocratique”, explique-t-il. “Nous sommes là pour la défense des acteurs culturels. S’il y avait des choses malsaines, nous allions être les premiers à les dénoncer”, at-il tenu à préciser. Des 8 groupes qui ont participé à l’audition seules trois photos ont été publiées et d’ailleurs ces gens là n’ont pas été sélectionnés”, at-il rappelé.

Malgré ces éclairages, le slameur campe toujours sur sa position et compte aller jusqu’au bout de sa logique pour dénoncer les injustices qu’il dit subir.

Radio Sunuafrik

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments