Sunday, November 27, 2022
AccueilA La UNEMali: pourquoi la libération des soldats ivoiriens tarde encore

Mali: pourquoi la libération des soldats ivoiriens tarde encore

En fin de semaine dernière, le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu successivement le président togolais Faure Gnassingbé, médiateur dans ce dossier, puis le président en exercice de la Cédéao, le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo. Le week-end précédent, c’étaient les présidents gambien et ghanéen qui étaient reçus à Bamako par le colonel Assimi Goïta, président malien de transition.

 

Après toutes ces rencontres, la tonalité générale était à l’optimisme. « Les choses évoluent bien », disait encore vendredi dernier le président ivoirien Ouattara, qui prédisait un « heureux aboutissement » « très rapidement ». Alors pour quelles raisons cette libération, présentée comme imminente depuis une dizaine de jours, tarde-t-elle autant ?

Selon plusieurs sources proches de la partie malienne et des médiations en cours, le colonel Assimi Goïta aurait validé le principe d’une libération. Mais pas forcément immédiate : selon ces sources, les 46 soldats ivoiriens toujours détenus à Bamako et inculpés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’État » pourraient bien ne pas échapper à un procès. Au terme duquel, en cas de condamnation, ils seraient finalement graciés par le président malien de transition, puis renvoyés en Côte d’Ivoire.

 

 

Une manière pour Bamako, si ce scénario était mis en œuvre, de ne pas donner l’impression de céder aux pressions ivoiriennes et internationales. « Ils ne veulent pas avoir l’air d’obéir, ils le feront, mais à leur rythme », analyse une source proche de la médiation, qui tempère : « À condition qu’Assimi Goïta respecte ses engagements. Or, il n’est pas seul à décider. »

C’est que, selon plusieurs sources concordantes et impliquées dans ce dossier, le président malien de transition s’est déjà dédit par le passé : il avait notamment assuré, dans le secret des négociations, qu’il n’exigerait plus l’extradition des personnalités politiques maliennes vivantes ou séjournant en Côte d’Ivoire, et contre lesquelles Bamako a émis des mandats d’arrêts internationaux. À savoir le fils de l’ancien président IBK, Karim Keïta, l’ancien Premier ministre Boubou Cissé et l’ancien ministre Tiéman Hubert Coulibaly.

Quelques jours après avoir officieusement abandonné cette exigence, le colonel Assimli Goïta en faisait officiellement et publiquement une « contrepartie » nécessaire, suscitant l’ire d’Abidjan, qui avait alors dénoncé un « chantage » et une prise d’« otages ». « Les engagements d’Assimi Goïta sont sincères, assure une source proche des médiations en cours, mais il ne contrôle pas tout. »

Avec RFI

 

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments