Saturday, June 15, 2024
AccueilACCUEILNanterre: ce que l'on sait de la mort d'un adolescent de 17...

Nanterre: ce que l’on sait de la mort d’un adolescent de 17 ans, tué par un policier lors d’un contrôle routier

Nahel M. a été tué mardi 27 juin, à Nanterre (Hauts-de-Seine), par un policier qui a fait usage de son arme lors d’un contrôle routier. Les faits ont eu lieu vers 8h30, près de la station de RER Nanterre-Préfecture, aux abords de la place Nelson-Mandela.

Le parquet a ouvert deux enquêtes, l’une pour refus d’obtempérer et tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, l’autre pour homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique.

La deuxième a été confiée à l’IGPN, la police des polices, et un policier a été placé en garde à vue pour “homicide volontaire”, a annoncé le parquet dans un communiqué. Voici ce que l’on sait des circonstances de la mort de cet adolescent.

La scène a été filmée

Selon les premiers éléments de l’enquête communiqués par le parquet de Nanterre à France Télévisions, trois personnes se trouvaient dans le véhicule, une Mercedes AMG, au moment du contrôle effectué par deux policiers circulant à moto. L’un des deux passagers, également mineur, a été interpellé et placé en garde-à-vue, avant d’être relâché. L’autre est en fuite, a fait savoir le parquet de Nanterre.

Une vidéo diffusée sur Twitter par un témoin, et authentifiée par France Télévisions, montre ces deux fonctionnaires de police contrôler une voiture jaune à hauteur du passage François-Arago à Nanterre. L’un d’entre eux, debout, accoudé sur le pare-brise, tient le conducteur en joue avec son pistolet. Quand le conducteur redémarre, le policier tire à bout portant depuis le côté du véhicule. Un deuxième plan montre la voiture encastrée dans un poteau, quelques dizaines de mètres plus loin.

Dans une première version, des policiers ont affirmé que le conducteur avait foncé sur le motard armé. Ils ont ensuite déclaré qu’il avait seulement accéléré après s’être arrêté à la vue des fonctionnaires de police, a appris franceinfo de source policière.

Une première enquête, confiée au commissariat de Nanterre et à la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, a été ouverte pour refus d’obtempérer et tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, a précisé le parquet. Une autre, ouverte pour homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique, a été confiée à l’IGPN, la police des polices. “Un des policiers est actuellement en garde à vue pour homicide volontaire”, a déclaré le parquet dans un communiqué. “Les opérations de dépistage d’alcoolémie et de consommation de produits stupéfiants ont été réalisées et se sont avérées négatives”, a-t-il ajouté.

La famille de la victime va porter plainte

La victime, touchée au thorax, est morte peu de temps après avoir été blessée, malgré l’intervention du Samu qui lui a prodigué un massage cardiaque sur place. Son décès a été constaté à 9h15 à la suite d’“au moins une blessure par arme à feu”, précise le parquet de Nanterre. Sa famille va déposer plainte pour “homicide volontaire” contre le policier auteur du tir et pour “complicité” contre le second fonctionnaire, ont annoncé ses avocats à franceinfo. Les proches de Nahel M. veulent également porter plainte pour “faux en écriture publique”, car ils estiment que les policiers ont menti en affirmant que le conducteur leur avait foncé dessus.

Selon les avocats de la famille, l’automobiliste âgé de 17 ans était connu des services de la justice pour des délits routiers. Il avait été déféré au parquet de Nanterre le week-end précédant les faits pour refus d’obtempérer, sans être présenté à un juge pour enfants, a appris franceinfo de source judiciaire. Il avait été déjà mis en cause pour un autre refus d’obtempérer, en 2022.

Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, a précisé sur BFMTV que le fonctionnaire de police auteur du tir était “âgé de 38 ans” et était “lui-même très choqué par ce drame”. Ses “états de service n’appellent pas d’observation”, a-t-il ajouté, se disant toutefois “interpellé par ce geste”.

La gauche monte au créneau

Le drame a provoqué de vives réactions à gauche, où de nombreux responsables politiques ont relayé la vidéo d’un témoin de la scène. “Oui, un refus d’obtempérer, c’est contraire à la loi, mais la mort ne fait pas partie des sanctions prévues par le Code pénal”, a ainsi réagi Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise, sur Twitter. “Un refus d’obtempérer ne peut pas être une condamnation à mort. Pour personne. Jamais”, a appuyé la députée écologiste Sandrine Rousseau.

 

“Le refus d’obtempérer ne donne pas de permis de tuer. Ce n’est pas une question d’électorat, mais d’humanité et de respect de l’Etat de droit !”, a également écrit Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, sur Twitter.

L’exécutif s’emeut aussi du drame

Au lendemain du drame, Emmanuel Macron a réagi lors d’un déplacement à Marseille, en exprimant son “émotion” et son “affection pour Nahel et sa famille”. “Rien ne justifie la mort d’un jeune”, a déclaré le chef de l’Etat. “Nous avons un adolescent qui a été tué, c’est inexplicable, inexcusable.” Et le président d’appeler à ce que la justice fasse son travail avec évidemment célérité et dans le calme”.

Avec Afp et Francetvinfo

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments