New York confrontée à une hausse des cas de variole du singe

La ville de New York, confrontée à une hausse des cas de variole du singe et à une forte demande de vaccins, a annoncé mercredi avoir alerté les autorités fédérales sur « l’urgence » d’étendre la vaccination contre cette maladie qui touche en majorité les personnes homosexuelles.

Avec le devoir

La plus grande ville américaine – entre 8 et 9 millions d’habitants –, considérée comme une capitale pour la défense des droits LGBTQ+, comptabilisait séparément mercredi 336 cas « probables » de variole du singe, contre 267 la veille et 223 lundi, des Chiffres qui ne détermine pas la totalité d’une « épidémie en augmentation », selon le département de la Santé de New York.

Mardi, les services de santé ont dû s’excuser après de nombreux tarifs sur le site Internet de réservations de vaccins, « submergé par le trafic », alors que 1250 créneaux de rendez-vous étaient disponibles, suscitant des protestations et de la frustration sur les réseaux sociaux.

Dans ce contexte, le maire démocrate de la ville, Eric Adams, a indiqué avoir eu une réunion téléphonique avec le département américain de la santé et des services sociaux (HHS) et les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) pour « discuter des contraintes d’approvisionnement auxquelles la ville de New York est confrontée et de l’urgence d’étendre la vaccination à plus de personnes, dans plus de quartiers, avec plus de partenaires et de prestataires ».

« Nous avons aussi fait partie de notre engagement à rapidement à la pénurie actuelle avec les fonds nécessaires, de manière proportionnelle à la charge sanitaire qui pèse sur New York, l’épicentre de l’épidémie de variole du singe », a ajouté Eric Adams dans un communiqué.

Avec ledevoir