Wednesday, February 8, 2023
AccueilA La UNESénégal - L'hôpital Ledantec étale ses maux

Sénégal – L’hôpital Ledantec étale ses maux

L’hôpital le Dantec est dans une situation déplorable comme l’a montré hier la Commission médicale d’établissement, constituée des sommités scientifiques universitaires. Elle demande sa reconstruction qui devrait coûter 60 milliards

Créé en 1912, l’Hôpital Aristide le Dantec (Hald) est en état de décrépitude, malgré quelques travaux de rafistolage qui masquent de sérieux problèmes. En langage médical, on aurait dit que son pronostic vital est engagé, tant les maux décrits par le personnel de santé montrent un établissement en chute libre dans tous les domaines. Face à la presse hier, la Commission médicale d’établissement (Cme), qui regroupe tous les chefs de service de l’Hald, a fait un diagnotic sans complaisance de la situation alors que le pays est ému par le décès de Astou Sokhna à Louga. Selon Pr Alain Ndoye, président de la Cme, il est «impossible de réaliser en urgence certaines analyses biologiques de base» dans cet «hôpital de référence» et réputé. Pourquoi ? «Le seul scanner de l’hôpital est en panne depuis deux mois. Certains services menacent de s’écrouler ; le mécontentement des usagers est perceptible et ils se retournent directement contre les praticiens et agents paramédicaux», expose Pr Ndoye. Ce n’est pas tout, évidemment. «Même si on ne peut pas garantir la guérison à tous les patients qui fréquentent l’hôpital, notre responsabilité est de nous assurer que les moyens mis à notre disposition sont suffisants pour la prise en charge d’un patient en situation d’urgence ou non. Nous avons donc le devoir d’avertir lorsque l’absence de moyens met en danger les patients d’abord, et l’équipe médicale ensuite», enchaîne Pr Ndoye. Dans le même sillage, la Cme de Le Dantec insistait sur «la nécessité d’interrompre très prochainement les activités de soins» à cause de «la dégradation continue des conditions de prise en charge des malades mettant parfois en danger leur vie». «Il faut amener l’hôpital au service d’urgence étatique. Nous venons de perdre nos données de 2020 et 2021», souligne Pr Awa Oumar Touré, cheffe du service d’hématologie de Le Dantec.

 

«Nous ne sommes plus en mesure de remplir nos missions d’hôpital universitaire»

En écho, Pr Maboury Diao, issu des services de médecine et spécialités, explique une situation presque ubuesque dans une structure d’un tel niveau. «La prise en charge des malades est souvent inadéquate car elle se fait régulièrement au comptant, même pour les urgences et la réanimation. Il y a une rupture fréquente de consommables, de draps et une hospitalisation prolongée liée aux ruptures fréquentes d’explorations biologiques et radiologiques, précise Pr Diao. Il y a des soins prodigués à l’hôpital Aristide Le Dantec comme la dialyse péritonéale en néphrologie, l’oncologie pédiatrique en pédiatrie et l’angioplastie avec comme seul moyen de prise en charge, une imputation budgétaire.» Que faire ? «Il faut à court terme rendre disponibles les consommables et les médicaments d’urgence, terminer en urgence les réfections des services entamées et à moyen terme le projet de reconstruction totale», propose Pr Diao. A Le Dantec, les infrastructures «sont dégradées avec une maintenance inefficace et une mauvaise gestion, ce qui mène à des patients désemparés et un personnel démotivé». «Il y a une mauvaise gestion hospitalière avec la rupture fréquente des intrants et l’arrêt régulier de la prise en charge, l’absence d’un réseau de communication électronique et informatique entre les services, le paiement non permanent au comptant pour le diagnostic et le traitement pour les urgences et la réanimation, le dossier médical non informatisé et non partagé en temps réel», enchaîne Pr Mamadou Diop du service des urgences chirurgicales et de réanimation.

Aujourd’hui, le constat est implacable. «Nous n’avons plus le choix. Nous ne sommes plus en mesure de remplir nos missions d’hôpital universitaire (soins, enseignement, formation, recherche)», assure Pr Alain Ndoye. Alors que l’établissement est extrêmement sollicité. «Des services ont pris feu, des bâtiments menacent de s’écrouler et nous n’avons pas, depuis deux mois, de scanner pour un hôpital qui accueille 3000 étudiants chaque année et quelque 2000 à 2500 patients chaque jour», explique le président de la Cme.

Aujourd’hui, la revendication est claire : il faut reconstruire sans «délai», l’hôpital Aristide Le Dantec à cause de la vétusté de ses infrastructures et d’autres problèmes conjoncturels et structurels comme la «rupture permanente» de ses stocks, le «défaut d’informatisation». Pour Awa Oumar Touré, sa reconstruction sur un site «validé dans un mémorandum depuis 2012, reste la seule solution pour sortir cet établissement de ses difficultés». «Nous demandons de la façon la plus simple pour nous et nos usagers, la mise à disposition d’une infrastructure aux normes avec un équipement de qualité, afin de nous mettre au service des populations en toute sécurité», renchérit Pr Alain Ndoye.

C’est une doléance réactualisée. «Nous l’avons pensée, nous l’avons révisée depuis dix ans. A ce jour, nous n’avons aucune garantie quant à sa réalisation. L’hôpital Le Dantec est indispensable dans la formation des ressources humaines, médicales, pharmaceutiques, dentaires et paramédicales», rappelle le président de la Commission médicale d’établissement de Le Dantec.

Avec LeQuotidien

 

 

 

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments