Monday, July 15, 2024
AccueilSPORTSFootballVictoire essentielle mais en souffrant énormément pour le PSG face à Leipzig

Victoire essentielle mais en souffrant énormément pour le PSG face à Leipzig

Un penalty de Neymar, puis la prière : ultra-dominé pendant toute la partie, le Paris Saint-Germain est tout de même parvenu à dominer le RB Leipzig (1-0). Trois points absolument vitaux, qui permettent aux hommes de Tuchel de passer à la deuxième place.

La leçon : Une victoire au milieu des multiples inquiétudes

C’était il y a à peine trois mois, et pourtant cela paraît si loin. En demi-finale de Ligue des champions, le PSG montrait qu’il n’était plus l’équipe fragile d’auparavant en venant tranquillement à bout du RB Leipzig (3-0). Une démonstration de force qui tranche totalement avec le spectacle offert ce mardi soir par le club de la capitale. Plus fragile que jamais, le PSG a décroché une victoire inespérée contre les Allemands au terme d’un match où il aura subi tout du long (1-0). Dos au mur, on ne peut pas vraiment dire que les coéquipiers de Kylian Mbappé ont répondu présent tant ils ont subi mais ils ont au moins eu le mérite d’assurer l’essentiel. En s’imposant, les Parisiens restent ainsi dans la course à la qualification, revenant à la deuxième place du groupe, Six points au compteur. Et c’est vraiment tout ce que l’on retiendra d’une performance collective plus qu’inquiétante.
Le retour de Marco Verratti a fait du bien en fin de rencontre.
Si quelqu’un tombait sur la rencontre sans en connaître le contexte, il aurait pu croire, et à juste titre au vu du spectacle proposé, qu’il s’agissait d’une opposition déséquilibrée de Coupe de France. Dans le rôle du Petit Poucet, un Paris Saint-Germain qui s’est contenté de défendre à vingt mètres de ses cages sous la pression de l’ogre allemand que représentait Leipzig. La peur au ventre, les joueurs de Thomas Tuchel n’ont jamais montré un visage aussi palot depuis la mise en place de l’ancien du Borussia Dortmund sur le banc. Leur principal circuit de passes consistait à faire le tour de la défense et à transmettre à un Keylor Navas dans l’obligation de dégager devant le manque cruel de solutions. Les rares percées dans le camp adverse étaient un soulagement pour un bloc-équipe qui se trouvait en apnée constante. Et l’une d’entre elles relevait même du miracle quand, après une relance mal assurée de Dayot Upamecano, Angel Di Maria s’écroulait dans la surface après une faute pas forcément évidente de Marcel Sabitzer. L’arbitre sifflait penalty et Neymar se chargeait de convertir une offrande sortie de nulle part (1-0, 11e). L’unique éclaircie dans un naufrage collectif qui aura duré tout le long de la partie.
En dehors, le PSG n’a donc jamais été dangereux, laissant le ballon à Leipzig. Avec le plus faible taux de possession du ballon en première période depuis 2017 et une rencontre face au Bayern Munich (37%), le club parisien a vu les vagues saxonnes affluer en direction des cages de Keylor Navas. Heureusement pour le portier costaricien, les joueurs allemands ont manqué de justesse dans le dernier geste. A l’image d’un Yussuf Poulsen qui ratait complètement sa tentative du gauche (36e), ou d’Emil Forsberg qui manquait le cadre à deux reprises en position idéale (45e+1, 49e), les hommes de Julian Nagelsmann n’ont pas réussi à faire sauter le verrou. En fin de rencontre, la rentrée de Marco Verratti à donné de l’air à Thomas Tuchel qui voyait son équipe finalement tenir une résultat inespéré.

Le gagnant : Le bilan comptable du PSG

Les trois points et puis c’est tout. C’est à se demander si Thomas Tuchel n’avait pas placardé le slogan sur la porte du vestiaire parisien. Si les joueurs du club de la capitale n’ont rien montré dans le jeu, ils peuvent au moins s’estimer heureux de leur bilan comptable. La victoire était obligatoire et elle a été obtenue. Au classement, le PSG repasse donc devant son adversaire du soir au classement, et en profite pour reprendre le goal-average particulier à son avantage. Coup-double.

Le perdant : L’attaque de Leipzig a manqué de justesse

On peut avoir le ballon la plupart du temps, et pourtant ne pas se montrer vraiment dangereux. Si le RB Leipzig a asphyxié le PSG dans le jeu et le pressing, les offensifs du club saxon ont pêché dans le dernier geste. A la création, Dani Olmo aura été à la hauteur mais que ce soient Poulsen, Nkunku, Forsberg ou même Sorloth, tous se sont manqués au moment de se montrer décisif. Un manque de justesse qui pourrait se payer cher en vue de la qualification en huitième de finale.
RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

CAN2024

spot_img

PUBLICITE

spot_img

PODCASTS

Recent Comments