L’Allemagne bat l’Irlande du Nord (1-0) et prend la 1e place du Groupe C

L’Allemagne s’est imposée contre l’Irlande du Nord (1-0) mardi en fin d’après-midi au Parc des Princes. Les Allemands, qui ont manqué d’efficacité mais auraient mérité une victoire bien plus large, profitent du succès de la Pologne dans le même temps contre l’Ukraine sur le même score pour conserver, à la différence de buts, la première place du groupe C.

L’Allemagne a assuré l’essentiel. La sélection de Joachim Löw s’est qualifiée en terminant première du groupe C. Mais la décision s’est faite à la différence de buts (+3 pour l’Allemagne, +2 pour la Pologne). Opposée à l’Irlande du Nord mardi, au Parc des Princes, la Mannschaft s’est imposée (1-0). Elle a même largement dominé la partie, se créant un nombre important d’occasions, sans toutefois jamais réussir à faire le break. Ce qui aurait pu coûter cher aux partenaires de Manuel Neuer qui ont dû jeter un œil au résultat de l’autre rencontre de la poule pour connaître leur position finale. Mais si la Pologne a elle aussi pris trois points, elle n’a pu inscrire qu’un unique but (1-0).

Le manque d’efficacité, un mal récurrent

Si l’Allemagne a su se montrer dangereuse lors de ses deux premiers matches, son inefficacité devant le but a été régulièrement pointée du doigt. Contre les Nord-Irlandais, Mario Gomez, aligné en pointe pour la première fois depuis le début de la compétition, a ouvert le score avant la demi-heure de jeu à l’issue d’une superbe action collective (1-0, 29e). Une réalisation qui aurait pu être le point de départ d’un véritable festival. Mais la Mannschaft a une nouvelle fois gâché un nombre colossal d’opportunités.

De Thomas Müller, qui a notamment trouvé à deux reprises les montants adverses (27e, 34e), à Mario Götze (12e, 52e) en passant par Mesut Özil (11e, 90e), tous ont manqué de précision dans le dernier geste. Les Allemands pourront se rassurer en se disant qu’en face, Michael McGovern, le gardien nord-irlandais, a réalisé une prestation époustouflante. Ils pourront aussi se raccrocher au fait que leurs adversaires ne sont jamais parvenus à inquiéter Manuel Neuer. Mais cette incapacité à tuer les rencontres reste un caillou dans la chaussure de Joachim Löw et des champions du monde. Si lors des huitièmes de finale, face au troisième du groupe A, B ou F, une prestation similaire à celle du jour pourrait suffire, il faudra impérativement corriger le tir pour viser le titre.

eurosport