Patrice Motsepe : « On s’est entendu avec la FIFA pour améliorer l’arbitrage africain »

Chairman of African Rainbow Minerals Patrice Motsepe addresses the Co-Chairs press conference on the second day of the World Economic Forum meeting on Africa, entitled, "Then and now: Reimagining Africa's Future" in Cape Town on June 4, 2015. This meeting focusses on Africa's role in the world economy. AFP PHOTO / RODGER BOSCH

En visite à Alger, pour suivre l’avancée des préparatifs du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), qui se tiendra du 13 janvier au 4 février 2023, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, a fatalement été interrogé sur l’arbitrage. « J’ai entendu beaucoup de critiques sur l’arbitrage africain et cette question sera revue incessamment. La transparence et la crédibilité de chaque arbitre sera étudiée. La supériorité d’une nation doit se mesurer à la performance de ses résultats, non pas par des fautes d’arbitrages », a lancé le Sud-Africain devant les médias. « On s’est entendu avec la FIFA pour améliorer l’arbitrage africain et on fera tout pour qu’il devienne davantage crédible et juste ».

Rappeler que les Fennecs avaient saisi la commission d’arbitrage, indexant l’arbitre gambien, Bakary Gassama, au sifflet lors du barrage retour de la Coupe du monde 2022 contre le Cameroun (1-2 ap). Monté au créneau, le coach algérien, Djamel Belmadi avait accusé l’arbitre gambien d’avoir précipité l’élimination de son équipe sur le chemin de Qatar 2022. Mais, la FIFA n’a pas donné de suite.

Avant Blida, Bakary Gassama avait remporté le prix d’arbitre de l’année délivré par la CAF, en 2014, 2015 et 2016.